Quelle est la clé de l’action juste ?

En observant mon propre cheminement et en écoutant mon entourage, il m’est apparu de plus en plus clairement que, tôt ou tard, chacun de nous se pose la question de savoir ce qu’il fait ici et pourquoi. Je suis arrivée à la conclusion que si nous trouvons une réponse personnelle et vivante à cette question, toutes les autres questions (matérielles et physiques entre autres) sont beaucoup plus faciles à résoudre.

Pour trouver la réponse, il n’y a pas d’autre solution que de travailler son intériorité, c’est à dire apprendre à

  • Observer son comportement et se remettre en question
  • Discerner les vrais enjeux
  • Écouter sa sagesse intérieure

C’est compliqué au début de notre vie, car nous sommes dans l’égo, dispersés, divisés, souvent dans l’opposition. Mais par la suite, il est important de passer à l’Être, l’unité, la réconciliation. Sinon nous serons voués à vivre une vie aliénante plutôt qu’à mettre en place un accomplissement joyeux de notre présence sur cette terre.

Nous sommes capables d’apprendre l’informatique, une nouvelle langue, un nouveau sport, alors pourquoi ne pas travailler sur soi ? La démarche est la même, j’y mets de la volonté, il y a des efforts à faire, du temps à consacrer, des cours à prendre. Mais pourquoi pas ? Si nous voulons atteindre nos ressources personnelles (pas celles issues de notre éducation ou de l’influence de la société), nous devons en faire une priorité.

L’intériorité est la clé de l’action « juste », elle permet d’éviter les pièges de l’égo et de la dispersion, elle mène à la simplicité et à l’inspiration. Gandhi, Mandela avaient une profonde vie intérieure et étaient charismatiques. Ils avaient, tous les deux, traversé une longue et profonde solitude. C’est, en grande partie, par cette expérience de l’isolement que l’on aboutit à l’ouverture du cœur et à la transformation intérieure, il s’agit donc juste de se ménager des espaces où nous serons seuls et dans le silence. Il faut juste se rappeler que c’est le cheminement de toute une vie que de réussir à atteindre son âme. Inutile d’être pressé, il n’y a pas de formule magique.

Y a-t-il autre chose qui donne plus de sens que d’aller vers plus de paix et de joie intérieure et d’en rayonner au bénéfice de tous ? Lorsque nous accédons à notre être profond, nous changeons de regard sur les autres, nous nous rendons compte qu’ils sont comme nous. Nous quittons alors la méfiance et l’individualisme pour entrer dans la bienveillance et la solidarité. Nous devenons citoyens.

Pour vivre pleinement sa vie, le premier pas est vers la rencontre de nous-mêmes, le second est en direction des autres.

Article en complément : Le bonheur d’être seul

Marie Bertolotti

Inspiration : « Qui fuis-je Où cours-tu ? A quoi servons-nous ? » Thomas d’Ansembourg

desirdetre.com

Leave a Reply

Votre avis est le bienvenu