La maladie invite au changement

Le changement

L’être humain est confronté à des peurs, à des changements qui l’angoissent. En contact avec ces épreuves, il se rigidifie, il se bloque. Physiquement, cela crée des stagnations qui empêchent le Qi de circuler dans le corps. Le Qi, l’énergie, doit circuler sinon une maladie peut se développer.

J’accepte que TOUT soit en changement constamment.
Je suis malade chaque fois qu’il y a un changement que je n’accepte pas.

Le sens des maladies

Au départ, la maladie tombe du ciel, elle n’a pas de sens pour moi qui la subit.
En fait, elle a toujours du sens, c’est mon histoire personnelle qui est en jeu. Ce que je fais dans cette vie ou ce que je fais de ma vie a des conséquences, la maladie me le signifie.
Elle est le révélateur de la limite atteinte, je vais trop loin. Elle signifie que je n’écoute pas la petite voix qui sait ce qui est bon pour moi.
Les variations de mon système immunitaire dépendent de mon état émotionnel. Si j’ai le sourire, mon immunité remonte !

J’ai les clés

Nous sommes tous thérapeutes de nous-mêmes. Dire que « Je suis responsable de ma maladie ou de mon malheur » signifie que j’ai les clés pour m’en sortir. Je peux tout faire sur moi avec moi. Je suis mon propre maître.

Tout ce qui m’arrive de grave n’implique pas forcément une maladie parce que ma conscience sait que c’est grave et sait gérer en conséquence, je vais débloquer les ressources pour lutter. Ce sont les petites contrariétés de tous les jours qui minent ma santé, je ne les sens pas me détruire.

La maladie est mon alliée, je peux la remercier, elle m’aide à progresser parce que c’est dans les épreuves que je me dépasse et que je peux grandir en sagesse. Si je remercie pour tout ce qui m’arrive d’agréable et/ou de désagréable, alors je ne suis plus victime, mais acteur, et tout devient enseignement.

La vie est un enseignement. Rien n’arrive par hasard. L’objectif est la transformation. Pourquoi je suis malade, là, aujourd’hui ?
Une méditation, une longue marche seul dans la nature et je sais ce qu’il faut changer.

Tiré de l’enseignement donné au Cercle Taoïste Lyon

Marie Bertolotti


"Allez ! Mets les voiles !
Le vent se lève…il est temps de vivre…
Pars, découvre, apprends,
Ouvre tes yeux, tes oreilles, tes sens et ton cœur,
Accueille l’inconnu…
Nul besoin d’aller au bout du monde.
Change tes habitudes, change ton quotidien,
Laisse-toi porter par les surprises,
Accepte le tourbillon de la vie,
Goûte et apprécie !
Adopte la légèreté de la plume, la curiosité du rouge-gorge.
Mets les voiles sur l’océan de ton âme,
Fais ce voyage à la rencontre de ton cœur…"

Natafée

desirdetre.com

Soutenir le Blog

Puisque vous êtes ici, j'ai une faveur à vous demander, le blog Désir d'être produit de nombreux articles qui semblent vous intéresser chaque semaine. Désir d'être est géré par une association à but non lucratif, le blog ne diffuse aucune publicité. Tous les articles sont en libre accès, car je considère que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Pour autant, Désir d'être a des frais à honorer.
Vous comprenez donc sans doute pourquoi je sollicite votre soutien, même pour 1 €, vous pouvez soutenir Désir d'être, cela ne vous prendra qu’une minute. Merci.

2 Responses to “La maladie invite au changement”
  1. […] Chaque humain est responsable de son existence, de son développement affectif, social, spirituel et de sa santé. […]

  2. fernande charette Répondre

    tout a fait …peut etre vous ne me croirai pas mais j ai eu 2 cancer du sein je leurs donnais beaucoup d amour…j ai accepter la mal a dis ….ca fait 5 ans le premier et l autre en aout 18….ni chimio ni radio….voila il faut y croire fermement …la confiance entiere de guerison….voila que les miracles sont arriver…merci a la vie…….gratitude…..merci pour le désir d etre….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.