L’esprit de Noël

Depuis la nuit des temps, l’Homme est lié à Dame Nature et la fête de Noël en est l’illustration la plus symbolique. Cette fête représente la naissance de la lumière au plus fort de la froideur de l’hiver.

Le 25 décembre se situe au solstice d’hiver, moment de la nuit la plus longue de l’année. Pour les peuples anciens, c’est la période la plus difficile pour la survie de l’espèce. Les hommes ont faim, froid, il fait nuit très tôt et longtemps. Il faut garder courage et tenir ensemble dans les difficultés. Cette période est angoissante car les plus faibles n’y survivront pas.

L’agriculteur est en attente du dégel, du printemps pour à nouveau se remettre au travail dans les champs. Il souhaite le retour du soleil qui va redonner vie à la terre nourricière. Il  met donc en place un certain nombre de rites le célébrant.

Lors de la période de l’avent, il allume une bougie de plus chaque semaine jusqu’à Noël dans le but de contrer la baisse de luminosité. La couronne sur laquelle les 4 bougies sont allumées est ronde comme l’astre solaire. L’Homme illumine les maisons, le village et met des bougies aux fenêtres pour éclairer le monde et montrer sa foi en la vie.

NOel

Au cours de cette même période, il se prépare à fêter. La fête a cette fonction de rassurer,  de redonner l’espoir en sa propre survie et en celle de ses proches et permet la cohésion du groupe. Les hommes célèbrent  tous ensemble pour être plus fort face aux difficultés de la vie.

L’Homme prépare des pâtisseries en forme de soleil, d’étoile. Il décore la maison de végétations pour honorer la vie au plus profond de l’hiver. Le houx est le dernier végétal à faire des fruits, il représente la fécondité malgré la saison difficile. Des pommes et des épices sont mises dans la verdure pour conjurer la famine possible. Il met du gui à la porte pour repousser le mauvais sort.

Chaque civilisation a un arbre sacré, en Europe, c’est l’épicéa, on l’ensoleille et on y met l’étoile, une légende prétend que la nuit de Noël, de nouvelles étoiles naissent.

Dans les pays nordiques, on éteint définitivement le feu de l’année précédente et on allume un nouveau feu cette nuit-là avec une bûche sculptée de prières. En brûlant, elle portera les vœux des hommes au Ciel.

Au moyen âge, en Europe, il faut éteindre le feu du village et en refaire un nouveau avec une nouvelle bûche. Après la messe de minuit, chacun repartira chez lui avec une braise du nouveau feu, pour rallumer son propre feu. On retrouve ce rite dans la bûche de Noël que nous mangeons chaque année.

En Russie, on raconte que 4 rois mages sont partis à la recherche du Messie en prenant chacun une direction différente. Celui qui s’est dirigé vers le Nord n’a jamais trouvé la crèche mais il a gardé les cadeaux qu’il distribue chaque année aux enfants du monde entier.

A Noël, on change de comportement, on se doit d’être plus juste et bon, c’est l’Esprit de Noël.

Tiré de l’enseignement donné au Cercle Taoïste Lyon

Marie Bertolotti

desirdetre.com

 

Leave a Reply

Votre avis est le bienvenu