Crise de la quarantaine

Acte 1

Nous avons sur le coeur, toute notre vie, ce qui nous a blessé étant enfant. Souvent, nous en voulons à nos parents, ou à d’autres,  les conflits et parfois même les ruptures se font.

Que ce soit légitime ou pas, conscient ou pas, notre seul but est, en fait, de prendre notre autonomie. Nous passons par cette période une première fois à l’adolescence, mais  une seconde fois est possible plus tard, si c’est nécessaire.
Grâce à cette prise ou plutôt crise d’indépendance, nous deviendrons Acteurs de notre Vie.

Acte 2

Devenir acteur « conscient » de ma vie a des conséquences  :

1. Je me rends compte que toutes les stratégies mises en place depuis toujours pour me faire aimer n’ont pas fonctionner. Du fait de vouloir être aimé absolument, je me suis construit une personnalité que j’ai imposée en société. Il y a un décalage entre ce que je suis réellement et mes apparences, je ne suis pas « moi, » j’ai un masque. Je vis donc des frustrations, des tensions.

2. Pour plaire, j’ai fait des choix qui ne me convenaient pas.
Soit j’ai « obéi » (à ma famille, à la société). Soit je me suis « rebellé » (j’ai été punk…).
Dans les 2 cas, ce n’était pas « moi ». J’ai donc créé les conditions de mon propre malheur jusqu’à 40/50 ans. Malaise.

Acte 3

La remise en question de toute ma vie m’obligera alors à passer par les difficultés et parfois même l’échec (familial, professionnel…). Moments difficiles, c’est vrai, mais ces problèmes augmenteront mon niveau de conscience et ma sagesse (à long terme, je vous l’accorde).

La crise de la quarantaine arrive parce que, dorénavant, je vois la vie sous un autre angle. J’ai grandi. C’est alors le moment de travailler sur moi plutôt que de rendre coupable ceux qui m’entourent. Le but sera de devenir autonome, que du bonheur !

Tiré de l’enseignement donné au Cercle Taoïste Lyon


Il y a les cycles de succès au cours desquelles tout semble sourire et bien aller, et les cycles de l’échec quand tout ce que vous avez entrepris s’étiole et se désintègre et que vous devez tout laisser aller pour faire place à la nouveauté ou à la transformation.

Si vous vous accrochez et résistez à ce moment-là, cela veut dire que vous refusez de suivre le courant de la vie et vous en souffrirez.

L’involution est nécessaire pour qu’une nouvelle croissance puisse se produire. Vous devez avoir connu un grand échec sur un certain plan, une grande perte ou une profonde souffrance pour que la dimension spirituelle vous interpelle.

Rien ne dure, soit les choses se terminent, soit elles changent. Le bonheur et le malheur ne font qu’un.

« Mettre en pratique le pouvoir du moment présent » Eckhart Tolle


Marie Bertolotti

desirdetre.com

 

2 Responses
  1. Jade Rabilloud Répondre

    Bonjour, je travaille pour l’émission Mille et une vies sur France 2 présentée par Frédéric Lopez. Je travaille sur la thématique suivante ; « Enfant sage , j’ai explosé à l’âge adulte ». Nous entendons par là une personne qui aurait fait un virage à 90° par rapport à son image d’enfant sage . Ou j’ai fais une crise de la trentaine, quarantaine, cinquantaine. Pouvez-vous m’aider à trouver des profils correspondants ?

    Bien à vous Jade
    jade.rabilloud@reservoir-prod.fr

Leave a Reply

Votre avis est le bienvenu