Dans cet article, nous verrons comment prendre conscience du pouvoir que nous avons et comment en faire bon usage.

Nous avons tous du pouvoir

Prenez conscience que quelle que soit l’étape de notre vie, nous exerçons tous un pouvoir, l’enfant sur ses parents par ses cris, les parents sur les enfants par leur puissance, la cheffe sur les employés, l’homme sur la femme, la femme sur l’homme, l’humain sur les animaux…
Certains en ont plus que d’autres s’ils contrôlent l’argent, s’ils sont directeurs, présidents, s’ils sont gourous, d’autres en ont peu parce qu’ils sont encore jeunes ou parce que ça ne les intéresse pas vraiment. Mais nous en avons tous dans un domaine particulier.
Dans notre vie quotidienne aussi, rendez-vous compte que dès que deux personnes se trouvent dans la même pièce, dès qu’elles entrent en interaction, un jeu de pouvoir s’installe. C’est lié à notre survie, l’autre est toujours un danger potentiel, il y a affrontement qu’il soit conscient ou inconscient. C’est un enjeu important de l’existence, nous pouvons tous être méprisants, arrogants, nous sommes tous dans le pouvoir par moment.

Surveillez votre pouvoir

L’indulgence, la bienveillance et la compréhension doivent vous accompagner dans l’exercice de votre autorité ou votre pouvoir. Il s’agit d’aider les autres à profiter du potentiel de la situation où ils sont en se plaçant en leader mais dans le but que tous en retirent des bénéfices. Avoir du pouvoir implique de transmettre un savoir, de travailler en association, vers le bien de tous.
Il ne faut pas oublier que tout change tout le temps, c’est l’essence même du Tao, et donc un jour ce pouvoir vous sera enlevé, il s’éteindra. Juste parce que tout au long de votre vie, vous devez tout expérimenter et aussi pour laisser la place aux suivants. Alors inutile de développer trop votre égo du fait d’avoir un quelconque pouvoir.

Comment travailler cette notion de Pouvoir ?

Pour ne plus être dans cette logique de supériorité, une des solutions est de devenir « petit », humble, faire en sorte d’être le dernier, entrer dans la soumission, l’infériorité. Il est fondamental de veiller à toujours se mettre en dessous de l’autre si vous savez quelque chose qu’il ne sait pas.
Le pouvoir est la manifestation de l’égo, vous avez la responsabilité de le limiter en prenant de la distance, en étant moins dans la survie, en développant la paix et la sécurité intérieure, en ayant la foi. Cela vous évitera le réflexe de vouloir dominer l’autre.

  • Faire : Trouver le positif, s’associer et suivre le courant.
  • Ne pas faire : Se figer, rester dans l’égo surdimensionné

Socialement

Nous avons le pouvoir sur nos enfants quand ils sont jeunes, mais il est nécessaire de ne pas perdre de vue qu’ils ne nous appartiennent pas. Nous avons donc le devoir de nous préparer à diminuer progressivement la contrainte que nous exerçons sur eux et il est important de commencer tôt à leur donner cette autonomie.
Tous les parents se trouvent de bonnes raisons de « dominer » leurs enfants. C’est la logique du « Obéis, tu comprendras quand tu seras grand !  » Mais le but ultime est de les rendre libres de savoir ce qui est bon pour eux.

Dans le couple

Il est possible que dans votre couple, l’un domine l’autre et que cela vous convienne à tous les 2. Si vous êtes celui qui domine, prenez garde, l’autre peut s’en contenter pour le moment mais peut un jour se fatiguer. Cela engendrerait alors des conflits qu’il faudra résoudre sous peine de voir votre relation mourir de sa belle mort. Si vous comptez sur l’autre, n’oubliez pas qu’il compte aussi sur vous.

Vie intérieure

Tout est éphémère, même si vous avez atteint la révélation, que vous êtes admiré pour cela, vous devrez un jour reprendre le cours normal de votre vie.

Concrètement

Comment éviter les rapports de pouvoir entre le formateur et l’apprenti, entre le parent et l’enfant, entre le directeur et l’employé ?

  • Laisser la personne découvrir par elle-même, ne pas lui donner toutes les informations, elle doit faire son expérience et trouver le chemin, seule.
  • Lui donner une partie du pouvoir, avoir confiance en sa sagesse, elle avancera mieux par elle-même que sous domination.
  • Elle peut finir par croire que celui qui a le pouvoir détient la vérité « vraie ». Il faudra alors la détromper, mettre en avant ses propres bêtises pour descendre du piédestal. On peut tous se tromper, lui en faire la preuve.
  • Donner des outils pour qu’elle devienne responsable.
  • S’excuser quand on a fait une erreur.

C’est dans le placement de l’esprit que ça se joue, restez aligné, dans votre axe. Votre rayonnement induit un positionnement avec le cœur, sans abus de pouvoir. Dans l’amour, le respect, le non jugement, l’autre peut alors exister, libre.

Yi Jing 19 L’approche
Yi Jing Pratiques et Interprétations

Marie Bertolotti
Accueil et inscription au blog desirdetre.com