Comment trouvez votre Ikigaï, votre mission de vie ?

Qu’est-ce que l’ikigaï ?

« Ikigaï » est un terme japonais traduit par « Joie de vivre », « Mission de vie », bref une raison de se lever le matin. A Okinawa, la longévité est exceptionnelle et Ikigaï fait partie des facteurs favorisant la chance de devenir centenaire avec

  • l’hérédité,
  • la cuisine locale,
  • des mœurs raisonnables,
  • l’activité physique,
  • une vie sociale importante,
  • l’humour.

La retraite n’y existe pas… L’on reste actif toute sa vie. Quel que soit son âge.

La question est donc de savoir si j’ai une bonne raison de me lever le matin et donc d’être joyeux. Je vous pose cette question car très souvent, j’entends les gens dire que chaque matin leur réveil sonne 5 fois avant qu’ils ne puissent poser le pied au sol. En fait, ils cherchent leur ikigaï.
Ce que j’entends aussi c’est que « la vie est dure » en ayant oublié que nous avons un impact sur elle par nos actions, notre travail, nos désirs, nos volontés. Nous avons un pouvoir sur elle.

Clairement, quand vous aurez trouvé votre ikigaï, vous aurez des chances de vivre plus longtemps mais surtout, vous serez plus serein et moins stressé car même si vous ne changez pas complètement de job, une partie de votre vie sera passionnante et peut-être même toute votre vie !

D’abord l’hiver, puis le printemps

Trouver son ikigaïIl m’arrive de me retrouver en consultation face à des personnes qui sont au moment même de leur vie où ils sentent qu’ils doivent tout changer, souvent entre quarante et cinquante ans. Cette période est compliquée, car ils savent ce qu’ils ne veulent plus mais ne savent pas ce qu’ils veulent.

Ils sont dans leur « hiver », quand tout parait mort. Je leur dis toujours qu’à cette saison, en effet, tout est triste mais que la terre se prépare au printemps et grouille de vie, en dessous. Le printemps va revenir pour eux aussi, mais c’est vrai il faudra travailler un peu. C’est pour quoi je vous propose dans cet article de chercher votre ikigaï. N’attendez plus, préparez-vous au changement !

Vous avez donc à présent une cible : Trouver votre ikigaï en partant de vous, vos valeurs, vos forces.

Les étapes pour trouver votre ikigaï

Trouver son ikigaïPrenez un petit cahier, un stylo et commencez.

Jour 1 Concentrez-vous

Votre recherche de l’ikigaï demande de la concentration, il n’y a pas d’autres solutions. Comment ? En étant seul, en méditant, en faisant du yoga, en écrivant, en coloriant… En se débranchant du monde. Trouvez ce qui vous aide à vous concentrer. Et planifiez chaque jour du temps pour vous déconnecter. Ne serait-ce que 10mn.

Prenez votre cahier et votre stylo : Quelles pratiques utilisez-vous pour vous concentrer ?
Commencez dès ce soir et notez-la comme activité journalière dans votre agenda.

Jour 2 Soyez curieux

La recherche de l’ikigaï est facilitée par la curiosité, soyez attentif à ce qui vous intrigue, à ce qui vous questionne. Cela pourrait déboucher à long terme sur un projet voire un nouveau travail.

La plupart de vos questionnements s’arrêteront rapidement mais il est possible que l’un d’eux soit durable et finisse par vous habiter complètement.

Prenez votre cahier et votre stylo : Qu’est-ce qui provoque votre curiosité ?
Documentez-vous sur les sujets notés ou posez un acte concret pour y voir plus clair dans votre questionnement.

Jour 3 Une étape après l’autre

Au départ le projet parait toujours énorme, il y a trop de difficultés à gérer, vous pensez que vous n’y arriverez jamais. Voilà ce que l’on se dit tous.

Et si on découpait le projet en plusieurs phases ? Ça ferait moins peur non ? Vous allez donc fractionner l’action en sous-actions. Un pas après l’autre et si la prochaine action semble trop difficile alors fractionnez-la !

Prenez votre cahier et votre stylo : Quel est le but ? Par où commencer ? Quelles sont les étapes ? Lesquelles doivent être fractionnées ?

Jour 4 Pour quoi suis-je fait ? Quel est mon don ?

Demandez-le à votre inconscient quand vous méditez, le soir au coucher, le matin au lever. Les réponses ne seront pas aussi rapides que celles de Google mais cela vaut le coup d’essayer, écoutez la vie vous répondre, les synchronicités, les rêves.

Décryptez les faits bizarres, soyez très attentif à ce que vous propose la vie, tout a un lien avec votre questionnement. Et attention, suivez les réponses même quand elles sont très bizarres, intéressez-vous à elles.

Prenez votre cahier et votre stylo : Quelles sont les réponses données par votre inconscient ? Notez tout ce qui vous est arrivé de bizarre dernièrement et prochainement et chercher les liens. C’est la vie qui vous guide.

Jour 5 Simplifiez

Quel que soit votre but, demandez-vous comment ce serait si c’était simple ? C’est là que vous allez ouvrir de nouvelles portes qui vous aideront.

Prenez votre cahier et votre stylo : Si c’était simple, qu’est-ce que je ferais ?
Trouvez toutes les actions possibles et commencez avec l’une d’elles.

Jour 6 Retournez en enfance

Qu’aimiez-vous faire étant enfant ? Quels étaient vos rêves ?  Qu’est-ce que les gens disaient de vous ? Quelles étaient vos qualités ?

Prenez votre cahier et votre stylo : Notez toutes les réponses, prenez votre temps.

Jour 7 Le moteur de la rébellion

J’ai à l’esprit, ces parents d’enfants malades qui montent des associations d’entraide parce qu’au moment où ils en avaient besoin, il n’y avait personne. Où ceux qui montent des pétitions contre les lobbys parce que les officiels ne font rien.

C’est la colère qui les fait avancer et qui va faire changer les lois, le monde. Tellement de choses peuvent nous fâcher. Vous faites quoi de vos rébellion ?
Mettez-la au service d’un projet pour qu’elle ne se retourne pas contre vous.

Prenez votre cahier et votre stylo : Qu’est-ce qui vous met en colère ? Qu’est-ce qui vous révolte ?
Notez et posez une action, même minime pour chacune d’elles. Comment pourriez-vous arranger ça ?

 

Trouvez votre IkigaïEn résumé, l’ikigaï demande un travail sur soi et en particulier de répondre à 4 questions de base :

  • Qu’est-ce que j’aime ?
  • Quels sont mes talents ?
  • De quoi le monde a besoin ?
  • Qu’est-ce qui peut me rapporter de l’argent ?

Il faut ensuite trouver tout ce qui coïncide entre les 4.

Pas si facile, du coup, reprenons le travail de fond.

Jour 8 Quelles sont vos qualités ? Dans quoi êtes-vous bon ?

Quelles qualités pensez-vous avoir et à quoi vous servent-elles ? Qu’est-ce que les gens disent de vous maintenant que vous êtes adulte ?
En devenir vraiment conscient en osant les poser sur papier vous aidera à trouver votre ikigaï.
Si votre travail correspond à vos qualités, vous êtes sur le bon chemin, il vous permet de vous exprimer dans ce que vous êtes profondément. Il donne un sens à votre vie.

Prenez votre cahier et votre stylo : Notez les qualités que vous vous attribuez et celles que les autres vous donnent. Choisissez-en 3 qui sont très importantes pour vous, celles dont vous ne voudriez pas vous débarrasser, même si on vous paye très cher.

Jour 9 : Qu’est-ce qui vous rend joyeux ?

Qu’est-ce que vous aimez faire ? Qu’est-ce qui vous donne des ailes quand vous vous y mettez ? Dans quelles activités ? Avec quelles personnes ? Dans quel environnement ? Pourquoi ?

Prenez votre cahier et votre stylo : Chaque soir, notez 3 choses qui vous ont réjoui dans la journée. Remerciez, ça ne mange pas de pain. Après quelques temps, vous serez au clair sur ce qui vous met en joie. En plus, vous dormirez bien…

Jour 10 : Demandez-vous comment vous pourriez gagner de l’argent

Il faut manger, se loger… voilà. Donc le sujet est à aborder.

Prenez votre cahier et votre stylo : Quels services pourriez-vous rendre dans le domaine qui vous passionne tout en le facturant ? A qui ?
A l’inverse, quel métier pourriez-vous faire qui vous mettrait en sécurité pour pouvoir exercer votre métier de cœur sans inquiétude ?
Invitez des copines, elles vont avoir plein d’idées pour vous !

Jour 11 : Plongez dans le vide pour vous « introspecter »

Donc ce moment-là, pas de portable, pas de réseaux sociaux, personne… Le vide sidéral, dans le silence total.
Je vous vois déjà avec cette peur de l’ennui… Prenez ce risque… Vous allez être surpris.
Trouver son ikigaï demande de l’introspection, faites-en sorte d’être présent 30mn minimum, pour voir ce qu’il se passe au fond de vous.

Prenez votre cahier et votre stylo : Lors de votre déconnexion de tout, que s’est-il passé ? Quelles ont été vos pensées ? Vos idées ? Vos envies ? Vos réflexions ? Que vous a dit votre « petite voix » ? Recommencez un autre jour si vous n’avez rien entendu.

Jour 12 : Que donnez-vous ? Que vendez-vous ?

La semaine dernière, j’ai eu une donation sur le blog (merci Linda !), cela m’a fait plaisir parce que c’est une reconnaissance du travail accompli, j’avoue que même si ce blog ne me rapporte pas grand chose depuis toutes ces années, ce n’est pas bien grave car il est mon lieu d’expression totalement libre, je m’arrête quand je veux, je reprends quand je veux, j’y fais ce que je veux, c’est moi la chef ! Ça n’a pas de prix ça non ?
A l’inverse, les consultations sont payantes, les stages aussi, et mon travail à l’hôpital aussi. Parce que là, les notions de résultats, de service, d’obligations, d’horaires, de responsabilités sont plus importantes.
Je vends ou je donne ma force de travail, c’est mon choix.

Prenez votre cahier et votre stylo : Que vendez-vous ? Que donnez-vous ? Quelle est la distinction entre les 2 pour vous ?

Jour 13 : Qui êtes-vous ? L’assumez-vous complètement ?

Nous sommes tous plus ou moins dans les apparences, c’est une de nos fonctions « survie », on prend moins de risque lorsque l’on plaît. Mais peut-être serait-il temps de changer : vous êtes unique, ne cherchez pas à ressembler à qui que ce soit, n’arrondissez pas les angles, vous avez de la valeur tel que vous êtes.

Prenez votre cahier et votre stylo : Qu’avez-vous de particulier ? En quoi êtes-vous différent ? Dans quelles situations n’êtes-vous plus vous-même pour plaire ? Quand vous obligez-vous à rentrer dans le rang ?

Jour 14 : Écoutez la vie vous parler de votre Ikigaï

Dans les moments de silence absolu et de grande présence, une petite voix se fait entendre au fond de vous. De même, la vie envoie des signes constamment. Peut-être est-ce de l’imagination mais je m’en moque, perso, j’écoute et je me plie aux désirs de cette intuition qui me guide.

Quand je prends une voie et qu’il ne m’arrive que des mauvaises expériences, je rebrousse chemin, ou j’en change parce qu’il me semble alors que l’on m’envoie des messages m’indiquant que ce n’est pas la bonne direction. Je sais que, à l’inverse, quand je suis sur le bon chemin, tout roule tout seul, sans aucun problème.
Prenez au sérieux ces signes, ils vous guident vers votre Ikigaï. Plus vous les croirez et plus il y en aura et plus vous atteindrez vite votre but. Cela peut être une conversation entendue, un film, un livre, un article, un rêve, tout est là pour vous guider, soyez vigilant.

Prenez votre cahier et votre stylo : Avez-vous déjà entendu votre petite voix intérieure ? Que vous a-t-elle dit ? Dans quelle situation ? Cela vous a-t-il sauvé ? Avez-vous changé de direction ? Notez toutes ces situations et ces messages reçus.

 

Trouver son ikigaï, c’est comme avoir la grande soif :

 » Les Bushmen du désert de Kalahari parlent de deux sortes de « soif ».
Il y a la Grande soif et la Petite soif.
La Petite soif revient à se désaltérer, tandis que la Grande soif, la plus grande de toutes, c’est la soif de sens…
Ultimement, il n’y a qu’une seule chose qui rende les êtres humains profondément amers, c’est de s’imposer une vie sans signification…
Il n’y a rien de mal à rechercher le bonheur…
Mais pour le confort de l’âme…
il existe quelque chose de plus grand que le bonheur ou le malheur, et c’est le Sens.
Car le sens transfigure tout…
Lorsque ce que vous faites a un sens pour vous, il importe peu que vous soyez heureux ou malheureux.
Car vous êtes alors serein – vous n’êtes pas seul en esprit – vous avez un sentiment d’appartenance. « 

Sir Laurens van der Post, dans Hasten Slowly, un film de Mickey Lemle

 

Trouver son Ikigaï est une invitation à explorer le moyen de s’éloigner d’une vie sans but afin de se rapprocher du Sens et de la raison d’être.
Chacun d’entre nous est en quête de sens, oui, vous aussi…
Alors au travail  !

 

Jour 15 Prenez-vous au sérieux

Bien sûr, ne le faites pas dans tous les domaines de votre vie mais tout de même, il y a bien 1 ou 2 secteurs où vous êtes le seul ou la seule à pouvoir faire le boulot non ? Dans ces parties que vous allez maintenant poser par écrit, il n’y a plus à tergiverser, vous êtes bon et dorénavant vous allez faire ces jobs avec fierté. Et tout le monde vous prendra au sérieux du coup.
Pour vous donner un exemple, je suis la seule à pouvoir écrire de cette façon là dans ce blog là. Ou, je suis la meilleure mère possible pour les enfants que j’ai mis au monde. Gonflé n’est-ce pas ? Non, assumé.

Prenez votre cahier et votre stylo : Dans quels domaines de votre vie êtes-vous absolument unique et irremplaçable ?

Jour 16 Comment fonctionnez-vous ?

Ce matin, je me suis levée tôt comme d’habitude et j’étais bien décidée à écrire cet article pour vendredi prochain. Impossible, toute la matinée, il s’est passé des évènements, des contre-temps, des dérangements… A un moment, je me suis dit : « c’est bon arrête ton blog, tu n’y arrives pas ». Puis je me suis fâchée contre moi-même car je suis responsable de ne pas me mettre dans les bonnes conditions, celles dont j’ai besoin pour écrire et faire mes recherches.
Si vous arrivez à poser le cadre de ce qui vous est nécessaire par écrit, dans votre cahier, pour faire votre activité préférée, ce sera plus facile ensuite de le poser dans la réalité.

Prenez votre cahier et votre stylo : Pour faire ce qui vous passionne, vous avez besoin de quoi à minima ? Dans quelles conditions devez-vous vous trouver pour faire du bon boulot ? De quel cadre avez-vous besoin ? Mettez en place.

Jour 17 Quelles traces avez-vous déjà laissé sur cette terre ?

Il est temps de faire le bilan de ce qui s’est passé tout au long de votre vie. Nous allons tous mourir, je ne vous apprends rien, mais qu’aimeriez-vous que l’on dise de vous une fois parti ? Si vous ne trouvez rien, il est temps de se mettre au travail ! 🙂

Prenez votre cahier et votre stylo : Quelles sont vos traces positives ? Négatives ?  Imaginez la trace qui a vraiment du sens et que vous aimeriez laisser.

Jour 18 Appelez vos amis

Les personnes qui vous côtoient depuis de nombreuses années vous connaissent bien, vous et votre parcours. Elles sont souvent admiratives et beaucoup moins critiques que vous. Vous pouvez travailler votre ikigaï avec elles mais aussi leur demander un soutien affectif, des compétences, un réseau, de l’aide quoi !

Prenez votre cahier et votre stylo : Quels ami(e)s allez-vous appeler ? Quel jour allez-vous travailler ensemble sur votre Ikigaï (prenez votre agenda et organisez un doodle) et pourquoi pas, ensuite, inverser les rôles et les aider à trouver leur Ikigaï ?

Jour 19  Faites-les travailler sur votre Ikigaï

D’après vos ami(e)s, vos proches,

  • Quelles sont vos compétences ?
  • Quelles expériences de votre parcours les ont marquées ?
  • Qu’est-ce qui les a surpris le plus chez vous ?
  • Qu’est-ce qu’elles apprécient le plus ?
  • Le moins ?

Prenez votre cahier et votre stylo : Notez et assumez le pire comme le meilleur.

Jour 20 Travaillez la peur de votre Ikigaï

Par moment, nous sommes tous doués pour nous noyer dans un verre d’eau. Il va donc falloir regarder vos peurs, les yeux dans les yeux, et les apaiser.
Pour en rire, voyez ce qu’en pense Mr Ramesh

Prenez votre cahier et votre stylo : Quelles sont toutes vos peurs par rapport à votre Ikigaï ?
Pour apaiser vos peurs : Apprenez la Technique EFT et faites de l’EFT en autonomie, je vous forme en atelier, en individuel et par skype !

Jour 21 Passez à l’acte tout seul

Il est grand temps de relire et compléter tout le travail effectué sur votre Ikigaï depuis 3 semaines. Il sera plus facile maintenant de prendre des mesures pour diriger votre barque vers un avenir plus joyeux et passionnant.

Prenez votre cahier et votre stylo : Dessinez le schéma ci-dessous et remplissez-le en toute conscience de ce que vous êtes.
Je vous ajoute une petite vidéo explicative pour compléter le sujet et les références du livre de Christie qui m’a été très utile pour l’écriture des 3 articles sur le sujet.

Je vous souhaite une vie pleine de joie et de passions !

Trouvez votre Ikigaï

 

Marie Bertolotti

A lire : « Trouver son Ikigaï » de Christie VANBREMEERSCH 

J'accepte de recevoir des clés chaque WE. Je pourrai me désabonner à tout instant et avoir accès à mes données en bas de chaque newsletter. Mon adresse mail ne sera jamais cédée ou revendue. Si j'ai une question : contact@desirdetre.com

Votre avis est le bienvenu

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.