Toi et moi, nous avons un problème

Chaque relation est différente

Qu’elle soit d’amour ou d’amitié, chacun amène une couleur particulière dans la relation qu’il a avec l’autre, cela donne une teinte plus ou moins harmonieuse à l’ensemble. Et nous n’amenons pas la même couleur dans toutes nos liaisons, c’est important à comprendre.
Pourquoi ?
Parce que nous nous adaptons les uns aux autres.

Par exemple, je m’accorde à quelqu’un de maternant avec qui je deviens « enfant », nous passons un contrat officieux mais avec une autre personne, je peux devenir maternant, parce qu’ELLE est « enfant ». Tout est donc relatif.

Il en est de même de nos défauts pour les uns qui peuvent devenir des qualités pour les autres. Votre âme-sœur ne peut pas s’empêcher de rendre visite à sa « môman » chaque jour ? Pour certains c’est génial, pour d’autres c’est ennuyeux.

Les problèmes relationnels résultent de la somme de ce que chacun vient mettre dans le lien. Ce n’est donc pas l’autre qui fait le problème, ni moi d’ailleurs, (mais ça je le savais… 😉 ), c’est NOUS ! En cas de difficulté, il faut donc agir sur la globalité c’est à dire sur l’un ET sur l’autre.
Comment ?
En agissant sur SOI en priorité, ça aura des conséquences sur l’autre, à postériori.

Comment faire en sorte que cela se passe mieux ?

La première étape est d’apprendre à se connaître. C’est possible en travaillant la solitude ou, à l’inverse, en s’exposant dans de nombreuses relations.  Nous nous  apercevrons ainsi de nos illusions, de nos mensonges, de nos apparences trompeuses.

Nous devons travailler à « ETRE », tel que nous sommes vraiment au fond de nous, dans le présent. Fini la triche. Tu veux que je te materne ? Et bien non. Tu veux que je joue l’enfant ? Et bien non. Je me connais et je ne suis ni l’un ni l’autre.

Sans oublier qu’il est important de ne jamais se définir fixement car nous changeons constamment, tout au long de notre vie mais aussi tout au long d’une seule et même journée, voire encore plus souvent pour les femmes  😎 . A cet instant, dans cette relation particulière, je suis en colère, en pleurs, hypocrite… mais ce n’est pas moi, c’est une réaction à une situation, à une personne.

Si je suis dans mon axe, je suis alors en conscience de ce que je suis réellement et de mes adaptations diverses. Pour les taoïstes, il faut travailler l’indépendance dans toutes nos relations, seule solution pour qu’elles restent saines. Nous pouvons y mettre de l’amour mais gratuitement, sans attentes, ainsi, elles deviendront harmonieuses.

En cas de conflit relationnel

Quand il y a un problème dans une relation, instinctivement, notre égo pense qu’il est en danger, il attribue alors la faute à l’autre. Je dois m’éduquer à penser que NOUS avons un problème, et changer MA part. Nous sommes persuadés que l’autre ne changera jamais mais une chose est sûre,  si JE change, ma relation avec lui va évoluer.

Le conflit est une guerre, il faut être 2. J’ai envie et un intérêt dans l’histoire. Quelles sont mes motivations ? Souvent elles sont liées à des représentations du droit ou de la justice, je suis sûr que j’ai raison, j’y crois.
Si je tiens vraiment à la relation, j’abandonne mon égo, je lâche, je me concentre sur mes devoirs et non plus sur mes droits. L’autre va alors se détendre. Je pourrai ainsi désamorcer le conflit.

Ne bougez pas, ne faites rien

Tout au long de leur apprentissage, les étudiants en zazen (posture de méditation assise) comprennent que même s’ils contrôlent certaines de leurs réactions, ils ne commandent personne. Petit à petit, ils peuvent voir leurs proches tels qu’ils sont vraiment et non tels qu’ils souhaitent ou exigent qu’ils soient.

Qui plus est, ils réalisent que c’est un acte de violence et non d’amour que de vouloir changer et contrôler une autre personne à ses propres fins. Durant la méditation, en ne bougeant pas, nous abandonnons le contrôle de notre état, ainsi nous apprenons à relâcher en profondeur notre besoin de tout contrôler.

Pour autant, « Ne faites rien » ne signifie pas que vous devez être passif, c’est même le contraire. Lorsque vous êtes confronté(e) à une phase difficile, ne soyez pas dans l’embarras, ne luttez pas et n’entrez pas dans un conflit. Restez centré et inébranlable au milieu de la tempête et examinez la véritable cause du problème.
« Ne bougez pas » signifie aussi qu’il faut arrêter de faire ce qu’on avait l’habitude de faire, il faut arrêter de répéter les mêmes erreurs.
Et pourquoi pas lâcher complètement ?  Ne bougez plus. Laissez la situation bouger d’elle-même. Et qui sait ce qui pourrait arriver ?

« Aimer, c’est perdre le contrôle. »   Paulo Coelho

Tiré de l’enseignement donné au Cercle Taoïste Lyon

Marie Bertolotti

desirdetre.com

 


« Une fois que l’on a atteint le centre de son être, ôté tout ce qui est faux,
on atteint le cœur de sa capacité d’aimer.
Nous pouvons maintenant nous présenter sur le marché avec des mains secourables.

Ce sont des mains ouvertes, réellement capables de donner et recevoir l’amour.
Ce ne sont pas des mains qui saisissent, s’accrochent, déforment ou possèdent
mais des mains souples, flexibles et porteuses de nourriture.

Ces mains et ce cœur sont nécessaires pour vivre une vie d’amour. »

Kabîr


 

desirdetre.com

J'accepte de recevoir des clés chaque WE. Je pourrais me désabonner à tout instant et avoir accès à mes données en bas de chaque newsletter. Mon adresse mail ne sera jamais cédée ou revendue. Si j'ai une question : contact@desirdetre.com

One Response to “Toi et moi, nous avons un problème”
  1. Marie Ange Barrucand Répondre

    Je retiens surtout l’idée de  » eh bien non »…
    Être capable de dire non sans peur de perdre l’autre, ça serait ça l’indépendance ? Ben…oui! il y a du boulot en perspective !!! C’est parfois une remise en cause d’une éducation, d’un long vécu… comme allez vers aller sur un chemin inconnu et insécurisant…
    Je vais y réfléchir…
    Merci Marie
    MiAnge

Votre avis est le bienvenu

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.