Qu’est-ce que le taoïsme ?

Qu’est-ce que le taoïsme ?

Système religieux et philosophique, représentant un des fondements de la culture chinoise, ses origines remontent au IVème siècle avant JC.

Lao Tseu ou Lao Zi

Lao Tseu ( Vieux maître ), considéré comme le fondateur du Taoïsme, fût un contemporain de grands penseurs comme Confucius, Socrate et Bouddha.

La légende raconte que Lao Zi ( Vieil Enfant ) pour se libérer des contraintes sociales et fuir la ville, décide un jour de partir en retraite spirituelle sur le dos d’un bœuf. Il se serait dirigé vers l’ouest de la Chine actuelle avec une destination inconnue pour y vivre en simple paysan.

Arrivé à la passe de l’ouest, dans les montagnes, il rencontre le gardien du col de Xiangu.   Celui-ci a du flair, il sent que le voyageur bourru est un esprit d’exception, il s’emploie donc à le retenir en lui exprimant son regret de le voir quitter ses pairs : « C’est dommage que tu partes sans nous apprendre tout ce que tu sais ».

L’eau de vie aidant, le vieil homme accepte l’hospitalité et se met à dicter au gardien ce qui deviendra un des piliers de la culture Taoïste « le Tao Te King » ( Le livre de la voie ). Le vieux maître poursuivra par la suite sa route et personne ne le reverra jamais.

Personne ne sait si Lao Zi a vraiment existé mais le livre « Tao Te King » existe bel et bien.

Le Tao Te King

Ce livre nous décrit la méthode pour aller vers la vérité mais aussi, nous initie aux grands principes du monde. Alors que le confucianisme demande à l’individu de se conformer aux standards d’un système social idéal, le taoïsme défend l’idée que l’individu devrait ignorer les préceptes de la société et uniquement chercher à se conformer au modèle sous-jacent de l’univers, le Tao (chemin, la voie), qui ne peut être ni décrit par des mots, ni conçu en pensée.

Pour être en accord avec le Tao, il faut « ne rien faire », c’est-à-dire ne rien faire de façon artificielle ou forcée. En suivant spontanément les impulsions de sa nature essentielle et en se vidant de toute doctrine ou savoir, on peut réussir à atteindre l’unité avec le Tao et ainsi découvrir un pouvoir mystique.

  • Au niveau socio-politique, les taoïstes prônent le retour à une société agraire primitive.
  • L’harmonie se trouve en plaçant son cœur et son esprit dans le Tao, c’est-à-dire dans la même voie que la nature, tout se joue à travers les processus imperceptibles et silencieux de celle-ci.
  • Le Tao Te King décrit le monde par de nombreux couples d’opposés, la joie et la tristesse, le bien et le mal, le jour et la nuit.
  • Dans le principe, c’est toujours le plus faible qui l’emporte sur le plus fort. L’eau érode le rocher. La grande musique a le son le moins audible. C’est la force de l’ineffable et du silence.
  • Pour obtenir quelque chose, il faut se mettre en retrait, dans la philosophie du « lâcher prise » et du « non agir ».
  • Pour bien comprendre le monde et son fonctionnement, il faut se placer dans le sens du vent et agir sans efforts.
  • Vivre l’esprit du Tao ce serait « Vivre comme le vent », agir comme il souffle, sans intention, sans plan, sans but.
  • L’action la plus efficace ne consisterait pas à concrétiser un projet préétabli en maîtrisant tout ce qui se présente, au contraire, c’est en se retirant, en s’abstenant qu’à terme on agit le plus puissamment.

 

Qu’est-ce qu’une société taoïste ?

L’Occident, par son idéologie qui exalte les aspects les plus sombres de l’humain, s’éloigne de l’harmonie naturelle, tourne le dos à la vraie sagesse. Pour Lao Tseu ou Tchouang Tseu, toutes les valeurs qui fondent notre monde contemporain sont dénuées de sens. Aucune société n’est plus éloignée de l’idéal taoïste que la nôtre. Voyons ce qu’affirme Lao Tseu dans le Tao Te King :

« Ne rivalise pas »

Notre société avancée exalte la compétition, elle en fait un idéal moral. Elle y voit la clé d’une meilleure efficacité, une image de la sélection naturelle où les plus aptes survivent.

« Fais en sorte que les rusés n’osent rien faire »

Notre monde est fait pour les rusés et manipulateurs. On ne peut réussir en politique si l’on n’est pas un disciple du « Prince » de Machiavel qui combine, calcule, utilise avec cynisme.

« Garde le peuple du désir »

Notre société exalte l’envie, désirer et consommer sont devenue des synonymes de vivre. Notre espace mental est constamment occupé par les publicités. Et la délinquance est forte. Pour y répondre, les autorités ont créé une législation envahissante, oubliant qu’elle augmente proportionnellement au nombre de lois.

Pour Lao Tseu ou Tchouang Tseu, ce ne sont pas les voleurs qu’il faut punir mais l’arrogance des riches qui doit être réformée :
«Ne fait nul cas des choses rares, n’exhibe pas ce qui porte à l’envie, on cessera de dérober».

La société est inégalitaire, elle suscite l’envie, donc le vol. Les riches paradent. Cela fait naitre les voleurs. C’est parce que les riches sont « nantis outre leur besoin que la pauvreté existe et que les greniers sont vides » Ce sont donc eux les vrais brigands.

Le taoïsme ne dément pas l’existence des voleurs mais propose une société ou leur penchant ne s’exprimerait pas. Ce sont les conditions et les hiérarchies qui sont sources de tous les désordres de la société.

« Qui fait parade de soi-même est sans éclat »

Notre société a le culte des idoles. Seul existe ce qui se montre, se déploie devant le regard. La réussite sociale est une valeur clé de notre monde. Celle que l’on voit. Selon Lao, de tous les instruments de mort, l’ambition est la plus meurtrière.

« Quiconque veut s’emparer du monde et s’en servir court à l’échec (…) Qui s’en sert le détruit, qui s’en empare le perd »

Or l’homme occidental obéit à la croyance que les choses se font grâce à lui, pour lui, que la volonté est libre et peut ployer les évènements, contraindre les êtres. Cet homme en arrivera à s’ériger en maître du monde et obligera les autres hommes à adopter ses jugements et à se sacrifier pour eux.

Qu’il soit conduit par une volonté de bien ou la soif du pouvoir, l’homme qui veut s’imposer, diriger, se transforme en tyran et conduit la société à la destruction.

L’humilité, l’effacement et Wu Wei, la non-ingérence sont en fait le cœur, l’ossature de la sagesse taoïste. Le taoïsme pose les bases d’une société simple, paisible, en harmonie avec la nature, parfaitement égalitaire, dénuée de l’emprise d’un gouvernement central.

 

Michel Bertolotti
A lire : Erik Sablé Sagesse libertaire taoïste

desirdetre.com

 

J'accepte de recevoir des clés chaque WE. Je pourrai me désabonner à tout instant et avoir accès à mes données en bas de chaque newsletter. Mon adresse mail ne sera jamais cédée ou revendue. Si j'ai une question : contact@desirdetre.com

3 Responses to “Qu’est-ce que le taoïsme ?”
  1. « Au niveau socio-politique, les taoïstes prônent le retour à une société agraire primitive ». Ne serait-ce pas leur limite? Que devient la science? L’exploration du monde est certes aussi intérieure mais pas que.

  2. Tous ces propos posent questions pour moi. Aujourd’hui comment vivez vous le taoisme? Vous utilisez internet et les ordinateurs pour passer le message, vous n’êtes donc pas dans une énergie naturelle, vous êtes dans les newsletter un peu en dehors du message. Comment lier la vie moderne occidentale et les principes du tao?

    • En effet, je me pose les même questions que vous et je n’ai pas la réponse. Je sais bien que je ne vis pas en vraie taoïste (c’est à dire dans une grotte non ?). Même si je transmets ma propre perception des quelques notions que l’on m’a données, il n’est pas mon seul centre d’intérêt. Par contre, je trouve intéressant de faire connaître cette belle philosophie de vie. Je vous souhaite de trouver une réponse à votre question. Marie

Votre avis est le bienvenu

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.