Gérer ses colères ou celles des autres

La colère est un mouvement corporel ascendant qui appartient à l’organe « Foie » en médecine chinoise. Elle fait monter l’énergie et permet un afflux important de sang que l’on visualise parfaitement par le rougissement de la peau.

Elle existe aussi chez l’animal comme toutes les autres émotions. Son but est de marquer le territoire, de prévenir. Le chien qui se sent attaqué se lève (mouvement ascendant), poils gonflés, il prévient. Si je ne recule pas, il attaque.

La colère est une réaction de peur

Ca s’est passé sous mes yeux hier :
Une famille descend une piste caillouteuse, la plus petite est à l’arrière, les parents devant, un VTTiste arrive par l’arrière en faisant beaucoup de bruit, la petite l’entend et panique, elle se sauve vers sa droite, le VTTiste à eu la même idée pour l’éviter.
Grand coup de frein, tout va bien.
Et là, le père hurle après la petite, il se met en colère. Pris dans ses émotions, il ira jusqu’à expliquer à la petite qu’elle ne doit pas bouger quand ce genre de chose arrive… (Pas forcément à mon goût mais c’est pas le moment d’aller donner son avis, il me semble…)
La petite pleure et le père n’a plus qu’à se calmer.
La colère est une réaction à la peur.

Plus généralement, elle sert

  • Soit à effrayer celui qui m’énerve
  • Soit à me rassurer sur ma force

Une chose est sûre : Je ne suis pas crédible quand je suis en colère. L’autre sait que j’ai peur quand il voit mon courroux. Et s’il ne le sait pas consciemment, il le sent.
Elle ne sert à rien.

Exercice : Je fais une colère ?  De quoi j’ai peur, là, en ce moment ? Pourquoi ?

Le colèrique

Normalement, c’est seulement quand une limite est franchie que je dois m’emporter mais je peux avoir pris l’habitude de m’indigner pour de fausses « bonnes raisons ». Tout m’énerve constamment. La politique, le voisin, mon ado, les radars sur la route… J’amplifie tout, la loi morale, la transgression, l’erreur, les fautes de l’autre.

Je peux aussi avoir besoin d’exister aux yeux de mon entourage, en colère il me voit ! Ou m’entend (ce qui peut être pire). Je finis par aimer être agressif, ça me fait exister, je suis vivant, c’est une manière d’être. En fait, je dois juste trouver ma place.

L’enjeu

L’enjeu est donc de ne pas se mettre en colère.

Ou faire semblant d’y être (avec un enfant que l’on doit recadrer par exemple). En simulant le mécontentement, il y a un vrai impact, je ne suis pas pris dans la tourmente émotionnelle, je vois tout, j’entends tout, je suis totalement présent et je ne fais pas de mal puisque je contrôle mon émotion.

A lire en complément : Outils pour gérer sa colère

Tiré de l’enseignement donné au Cercle Taoïste Lyon

Marie Bertolotti

desirdetre.com

 

3 Responses
  1. Merci pour la mise en lumière de ces belles intentions qui sont autant de voies à explorer pour progresser sur le chemin de la vie. Audrey

Leave a Reply

Votre avis est le bienvenu