Taoïsme et Entreprise : A la recherche du Sens

Aujourd’hui, je vous présente une revue du monde du travail sous l’angle taoïste ou plutôt comment mettre des principes taoïstes dans la façon de gérer une entreprise ou tout simplement comment faire son travail avec le Tao en ligne de mire.

Des chiffres ?

Selon le baromètre du bonheur au travail réalisé par l’Institut Think pour la Fabrique Spinoza (lien à la fin de l’article) :
51% des salariés se disent stressés, fatigués.
26% s’ennuient.
44% ne trouvent plus de sens à leur travail.

Quels sont donc les facteurs qui expliquent ce divorce entre les salariés et leur activité professionnelle ?

  1. Le manque de reconnaissance
  2. Les mauvaises conditions de travail
  3. La relation avec la hiérarchie
  4. La charge de travail trop importante
  5. Le stress
  6. Les collègues

Il y a peu, une directrice d’école épuisée, Christine Renon (lien en fin d’article), s’est suicidée. De même, 52 policiers se sont retiré la vie depuis le début de l’année. Je ne parle pas de la situation dans les hôpitaux et dans de nombreuses entreprises.
Comment est-il possible que des êtres humains soient tellement investis dans leur activité professionnelle qu’ils en arrivent à se suicider sur leur lieu de travail parce que les conditions deviennent invivables. Nous marchons sur la tête.
Et si on améliorait la situation grâce à la vision taoïste ?

1 Les entreprises ont des objectifs

Des chiffres mais pas de cœur

Les entreprises ont des objectifs, elles quantifient, contrôlent, rapportent, instrumentent. Le pilotage est tourné vers le court terme, dans un reporting régulier et chronophage, pour atteindre des objectifs chiffrés.
Le dirigeant est dans une logique de gains pour lui-même,  le propriétaire ou les actionnaires. La motivation des collaborateurs se fait par la prime et la rémunération. L’ambition est généralement d’ordre économique.
Pratiquement toutes les sociétés ont une tête bien pensante mais le cœur n’y est pas. La relation au travail est alimentaire, le client a le produit sans rêve, le jouet sans la pile.
Ça ne fonctionne pas vraiment car, peu de gens se motivent à long terme pour une augmentation de 3% de la croissance ou pour la réalisation de 20 % d’économie. La croissance pour la croissance n’est pas une motivation en soi, les instruments de pilotage sont importants mais ne suffisent pas.

Agir pour quoi ? Pour qui ? Pour aller où ?

Pour motiver des collaborateurs dans une entreprise, le Tao va poser la question du Sens de l’action, de ce qui est juste et vrai ou beau. Il est important de savoir faire vibrer le Shen (l’esprit) de toutes les personnes qui participent à un projet, il faut une vision qui ait du sens.
Quand l’entreprise dépasse sa mission quantitative, elle intègre le qualitatif comme la préservation du patrimoine, l’environnement, la prévention, la sécurité, la responsabilité sociale… La motivation des collaborateurs arrive enfin avec la reconnaissance, la fierté d’appartenance, la communication empathique. Il est fondamental que tout cela se vive comme élément de culture de l’entreprise, la réalisation doit être collective : Salariés, dirigeants, clients, actionnaires.

Pour revenir au Tao, l’entreprise est trop souvent vue comme reliée à la Terre (satisfaire le client, assurer sa survie), la mission et l’ambition concernent son égo, elle met son énergie au service d’elle même. Il lui manque la Vision-Ciel, l’objectif sublimé de son action, c’est ce qui lui permettra de vraiment décoller.

« Le visioning est un profond voyage à l’intérieur du cœur et même de l’âme de l’organisation. Il permet d’en révéler le rêve d’une communauté de travail et de l’exprimer sous la forme d’un futur désirable par tous et suffisamment détaillé pour que chacun voie tout de suite comment il peut contribuer concrètement chaque jour à sa réalisation. » Michael Doyle.

La Vision-Ciel fait entrer dans le domaine du cœur, avec l’ouverture du corps et de la tête vers l’autre et la globalité. Le Nous. La vision-Ciel est l’éveil de l’entreprise au sens collectif et commun à tous. Il s’agit de se mettre au service du monde de façon désintéressée.

La pratique du sens

Goethe : « Donnez à un homme un « pourquoi »
et il supportera tous les « comment ». »

La question principale est «Pourquoi» et pas «Comment». Et le pourquoi, c’est le Sens. L’entreprise devrait être un lieu et une pratique du Sens qui est la capacité à rendre le monde meilleur. Dans tous les cas, le profit ne doit pas être l’objectif, il n’est que le moyen ou la conséquence d’une élévation individuelle et collective. La direction est donc cardinale vers un monde meilleur, quelque chose de supérieur, de rêvé, d’idéal, de plus beau, de plus juste.

Dans chaque entreprise, deux questions devraient être posées :

  • Qu’avons-nous collectivement envie de changer dans le monde ?
  • En quoi mon entreprise pourrait-elle y contribuer et devenir actrice du changement ?

La réponse à ces questions donnera le Sens, le Projet-Ciel.

Avec l’âge, l’homme cherche à être utile aux autres pour donner un sens à sa vie, les managers demandent à leurs collaborateurs d’être utiles à leur entreprise, les entreprises pourraient commencer à se poser la question d’être utile au monde pour donner du sens à leur action et motiver leur troupe.
L’adhésion au projet-Ciel changera la motivation de tous, la performance sera démultipliée si chacun tire dans le même sens au même moment. Tournée vers l’homme et la vie est le sens supérieur de l’action de l’entreprise, lorsqu’elle accomplit sa vision, sa véritable nature, elle se reconnecte à son « âme », sa mission céleste.
Il va donc falloir orienter l’attention vers l’intention. L’humanité, c’est d’abord une histoire commune, un feu collectif, une vocation : Changer le monde, apporter au monde. Les entreprises peuvent proposer de nouvelles utopies, ré-enchanter, elles ont ce pouvoir dans une perspective humaine commune et positive. La vision relève du rêve d’humanité. Le Ciel est ce qui nous inspire au-delà de nos séparations apparentes. Reposant sur les élans du cœur, l’objectif doit être holistique.

L’entreprise et les principes taoïstes

1 L’harmonie

C’est prendre sa place dans le vivant, créer conformément à ce que l’on est et ce pour quoi et avec quoi on est né. Tout est évident, tout coule de source.
Cela permet la joie, la libre circulation de l’énergie, l’échange, l’accomplissement, le partage. En aucun cas la confrontation ni la domination.

  • En quoi prenez-vous votre place à votre travail ?
  • Qu’est-ce qui vous procure de la joie ?

2 L’impermanence

Tout se transforme en permanence, le mouvement et le changement sont à la source même de la vie. Naissance, croissance, maturité, déclin, mort. L’absence de mouvement durable s’appelle la mort.

  • Quels changements subissez-vous dans votre entreprise ?
  • Pouvez-vous y trouver du positif ?

3 L’interdépendance

Le client dépend de son fournisseur, le fournisseur de son client, le patron du personnel, le personnel du patron, le patron des lois, les lois du politique… Tout dépend de tout, tout s’influence.

  • Vous dépendez de quoi ou de qui dans votre entreprise ?
  • Quoi ou qui dépend de vous ?

4 La bipolarité

Le risque couve sous le succès et la défaite est la mère de la victoire. Dans cet esprit, pas d’avancée sans résistance, pas de smartphones sans ondes, pas de surgelés sans déchets. Il faudra se détacher des dualités faciles. Il n’y a pas de bien et pas de mal dans le Tao, tout est juste.

  • Qu’est-ce qui est injuste dans votre job ?
  • Est-ce que cela a des avantages ? Lesquels ?

5 Ce qui est en bas est à l’image de ce qui est en haut et vice et versa

Le climat influence l’homme et l’homme influence le climat. Idem entre les dirigeants et la base et entre la base et les supérieurs hiérarchiques.

  • Quelles sont vos attentes envers votre hiérarchie ?
  • Quelles sont les attentes de vos supérieurs ?

6 Cosmocentrisme

L’homme ne vaut que par les actions conscientes qu’il engage pour que son Tao personnel (sa véritable nature) s’exprime et contribue à l’harmonie du Tao universel. L’entreprise et les employés peuvent choisir de s’engager à agir pour le monde

7 L’unité

Décomposer les phénomènes et oublier la globalité, c’est perdre le sens de l’ensemble.

  • Retrouvez le sens global de votre travail. Quel est-il ?

8 La nature

La nature est en l’homme, elle vit en lui, il a besoin d’elle pour vivre. L’agresser revient à s’agresser. Nous respirons un air commun, habitons la même planète, Nous pouvons décider de nous plier à ses lois et non la dominer et en tirer bénéfice en la massacrant.

  • Votre travail respecte-t’il la nature ?
  • Que pouvez-vous faire pour améliorer ça ?

9 Le non-agir

C’est agir avec fluidité et cohérence, sans même penser agir, avec le moins d’énergie possible et une efficacité maximale. Comme l’eau qui exploite le milieu, le relief, la gravité. C’est suivre la voie pour laquelle on est fait de façon juste et surtout sans forcer.

  • Quelle est votre voie du coeur  ?
  • Quelles solutions avez-vous pour la rejoindre ?

10 La voie du juste milieu

C’est la décision, le choix qui permet de sortir et dépasser les dualités. Avec une optimisation et un grand respect de toutes les parties.

  • En cas de difficultés, avez-vous une 3ème voie qui respecterait toutes les parties ?

11 La simplicité

C’est mettre du dépouillement dans ses relations, ses désirs, son habitat, son mode de vie. Tout devrait être simple.

  • Comment pourriez-vous progresser sur ce sujet dans votre travail?

12 Le non attachement

Le chemin l’emporte sur l’objectif. Tout idéal fatigue, il n’est jamais vraiment atteint et on force trop pour y arriver. Mieux vaut agir au quotidien sans s’attacher au résultat, cela donnera de la joie et du calme.

  • Prenez conscience de ce que vous apprenez en ce moment dans cette entreprise.
  • Ne visez pas trop haut. Vivez.

13 L’intuition

La bonne réponse n’est pas toujours une réponse apprise ou analytique. Mieux vaut privilégier la spontanéité et l’intuition, elle vient du cœur ou du corps et pas de la tête.

  • Quand avez-vous écouté votre intuition dernièrement ?
  • Que s’est-il passé ?

14 La bonté, la bienveillance

Souplesse, gentillesse devraient l’emporter sur dureté et violence. La bonté génère l’abondance, elle procède du don qui précède la richesse dans un effet boomerang.  Voir et observer sans juger est une des grandes clés de l’existence, nous reprochons à l’autre nos propres faiblesses ou manques.

  • Quel est votre dernier jugement sur votre lieu de travail. Questionnez-le.
  • Souvent, le juge ment.

15 Vérité intérieure

Choisissez la sincérité dans votre communication. La vérité nous est propre et ne demande pas à être partagée de force, le taoïste a confiance en ses ressentis et ne les impose pas.

  • Êtes-vous sincère dans votre communication ?

16 S’ouvrir au beau

Émerveillement, élégance et panache, discrétion et non-violence. Choisissez de voir le beau partout.

  • Et si vous embellissiez le cadre dans lequel vous travaillez ?

17 La joie

Elle vient du plus profond de votre coeur et rayonne vers l’extérieur. Joie de devenir ce pour quoi nous sommes ici. C’est la réponse au Sens, au Pourquoi. Quand on est sur le bon chemin, on est joyeux.

  • Qu’est-ce qui vous rend vraiment joyeux ?
  • Remerciez le plus possible.

18 Ici et maintenant

Nous sommes trop souvent dans le passé ou le futur. Choisissez de vivre au présent lorsque vous travaillez. Le reste est futile et inutile. Le passé est révolu, le futur impossible à prédire.

  • Mettez de l’attention à ce que vous réalisez.
  • Ralentissez et calmez le jeu. Soyez disponible à la vie.

Cet article est accessible en vidéo-conférence dans le Groupe Facebook « Tribu Sereine et joyeuse ». Abonnez-vous !

Pour compléter le sujet : Faire des affaires avec sagesse

Marie Bertolotti

Soutenir le Blog

Puisque vous êtes ici, j'ai une faveur à vous demander, le blog Désir d'être produit de nombreux articles qui semblent vous intéresser chaque semaine. Désir d'être est géré par une association à but non lucratif, le blog ne diffuse aucune publicité. Tous les articles sont en libre accès, car je considère que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Pour autant, Désir d'être a des frais à honorer.
Vous comprenez donc sans doute pourquoi je sollicite votre soutien, même pour 1 €, vous pouvez soutenir Désir d'être, cela ne vous prendra qu’une minute. Merci.

2 Responses to “Taoïsme et Entreprise : A la recherche du Sens”
  1. Un grand merci ma chère Marie,
    comme toujours tu es au top
    Ca fait toujours du bien de lire tes publications.

    Bon dimanche à toute l’an famill.
    Gros bisous, Astutie

  2. Bravo Marie ! Très bel article ! Je vais m’empresser d’essayer de le mettre en action !
    Jojo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.