Le changement juste

 Si je change, le monde change… mais comment je change ?

Je travaille l’indépendance intérieure

Ce qui signifie devenir libre, avec une seule idée en tête : « Ni Dieu, Ni Maître». Je ne suis pas capable de le faire avant 40-50 ans, parce qu’il est important d’expérimenter la dépendance aux autres avant. (Comment savoir si j’aime les blonds si je n’ai testé que des bruns ?)

Dans la 1ère partie de ma vie, je veux être aimé et ne pas être seul. Pour cela, j’évite au maximum de déplaire et  je me laisse influencer par mon entourage. Ou bien je veux absolument déplaire et… ça revient au même. Je ne suis pas moi.
Dans la 2ème partie de ma vie, je deviens capable d’apprivoiser la solitude et ainsi, petit à petit, je prends mes décisions seul, sans être impacté par l’extérieur.

Pour devenir indépendant psychologiquement, je devrais donc être vigilant à ne pas demander systématiquement l’avis des gens qui m’entourent. Ne pas parler trop, aller marcher seul souvent et observer ce qui se passe en moi. Chercher les réponses à l’intérieur, pas à l’extérieur et les accepter quelles qu’elles soient.

Je pratique la pensée juste et correcte

« Si ce que tu as à dire n’est pas plus beau que le silence, abstiens-toi ». Proverbe Soufi.

C’est la parole « impeccable » du Toltèque. Ce que je fais, ce que je vais dire ou penser ne doit avoir qu’un seul but : Faire grandir l’autre. Cela me grandira par la même occasion.

Trop  souvent, quand je m’exprime, je me valorise, je critique ou je médis. Je ne dois pas participer aux commérages, juste sourire quand j’y suis confronté (Pas si facile je sais, l’effet de groupe est en général catastrophique). Et si je tombe dans le piège et que j’y participe (à l’insu de mon plein gré), je dois alors faire des excuses, au moins mentalement. Et envoyer une pensée positive à la personne que j’ai critiquée.

Avoir une pensée impeccable implique que je ressente plus d’amour pour l’autre. Je ne dois jamais oublier que si j’étais à sa place, avec les données qu’il a, je ne ferais pas mieux que lui. Autant que possible, je dois être attentif à cultiver la bienveillance, les bonnes nouvelles, la transformation, l’espoir.

J’augmente ma force intérieure

De nombreuses techniques pourront m’aider à me renforcer pour changer mes pensées et donc mes paroles :

  • La méditation
  • La marche seul dans la nature
  • Le Qi Gong, Le Taï Chi, Le Yoga, pour ressentir mon corps et sortir de mon mental
  • Le sourire intérieur
  • Les pratiques artistiques (chant, danse, sculpture, peinture…)
  • La sexualité (De grands échanges énergétiques s’y pratiquent en toute impunité ! )

Tiré de l’enseignement donné au Cercle Taoïste Lyon

Marie Bertolotti


10 règles pour ne rien changer

  1. Ignorez qu’il y a un problème.
  2. S’il y a un problème, considérez que ce n’est pas le vôtre.
  3. Si c’est votre problème, prouvez qu’il n’y a pas de solution.
  4. S’il y a une solution, soyez sûr d’être incapable de la trouver tout seul.
  5. Si vous recevez une solution, répondez par: « Oui mais… ».
  6. Si vous trouvez la solution, interdisez-vous de l’appliquer.
  7. Si vous appliquez la solution, « essayez-la seulement », sans trop y croire.
  8. Si vous échouez au premier essai, ne réfléchissez ni aux causes ni aux améliorations possibles.
  9. Si vous échouez au deuxième essai, dites-vous « jamais deux sans trois »
  10. Si vous échouez au troisième essai, regrettez d’avoir voulu changer quelque chose et recommencez le cycle en partant de la règle N°1.

Michel Chalude « Vous et votre projet »


 
desirdetre.com

Leave a Reply

Votre avis est le bienvenu