Progresser pour vivre ensemble

Nous avons tous des difficultés à vivre avec les autres et nous devons réussir ce challenge tout en souffrant le moins possible. Pour cela, nous devons sans cesse nous demander quel humain nous sommes.

Je ne suis pas parfait

Je dois être attentif à mon comportement instinctif. Etre conscient que j’ai autant de mal que de bien en moi. Tout est question de circonstances. C’est facile d’être bon et gentil dans un environnement bienveillant et sécurisé mais en temps de guerre par exemple ?
En conséquence, je prendrai conscience que l’autre a lui aussi autant de qualités que de défauts. Il n’est ni plus ni moins mauvais que moi. Ainsi je développerai la tolérance. Envers moi et surtout envers les autres.

Je suis responsable

Puisque toutes les graines sont en moi, les bonnes comme les mauvaises, lesquelles vais-je développer ? Je suis mon propre maître. Quelle empreinte vais-je laisser sur mes proches, sur mon environnement ?
Je dois vivre en conscience de tous mes actes et leurs conséquences.
Est-ce que je dois vraiment continuer à balancer mes déchets par la fenêtre de la voiture en roulant ?

J’accepte de grandir

Je sais que chaque fois que je refuse une proposition que l’on me fait, je bloque mon évolution. Et si je prenais plus de risques pour vivre plus d’expériences et ainsi grandir en conscience ?
C’est la 3ème fois que votre voisin vous propose une partie de pêche. Vous avez refusé 2 fois. Et aujourd’hui ?
Je dis oui à (presque) tout.

Pour progresser, il faut recommencer

Chaque difficulté que m’amène la vie a pour but de me faire grandir en sagesse. Et celle-ci est tenace, si je n’ai pas compris l’enseignement la première fois, elle me le repropose un peu plus tard avec quelques variantes.
Mes conjoints successifs ont tous eu des comportements désobligeants envers moi. Pourquoi ? Quelle est ma part de responsabilité ?
J’ai parfois l’impression que la vie se répète ? C’est heureux parce qu’à chaque fois,  j’intègre un peu plus, je comprends mieux. On revit régulièrement les mêmes situations mais on voit les choses autrement.
La progression se fait par successions de prises de conscience. Lentement.

Dans le tao, je pratique, j’expérimente puis je tire l’enseignement. Pour ne plus recommencer les mêmes erreurs. C’est à ce moment-là que je grandis.

Tiré de l’enseignement donné au Cercle Taoïste Lyon

Marie Bertolotti

desirdetre.com

 

6 Responses
  1. Philippe GUILLET Répondre

    J’ai beaucoup de mal avec les gens du 4e âge medicamentes et dont les neurones sont sérieusement atteints

    • Marie Bertolotti

      Je comprends Philippe, c’est compliqué et en même temps c’est un travail de compassion et d’humilité qui est nécessaire. Je sais qu’un jour je serai âgée et dépendante. Je crois que quand j’étais jeune j’étais beaucoup moins patiente avec celles et ceux qui étaient plus lents, moins « aware » que moi, ça va mieux à présent. Peut-être parce que lentement mais inexorablement, je les rejoins.

  2. Penses que tu pourrais être à leur place un jour… Comment voudrais tu que l’on se comporte avec toi si tu étais à leur place …

  3. Philippe GUILLET Répondre

    bonjour Marie, merci de ta réponse, nonobstant, les dés sont pipés en raison d’une prise médicamenteuse beaucoup trop élevée de la part de mes parents et beaux parents dont l’age oscille de 87 à 92 et leurs médecins respectifs en sont les prescripteurs dépendants eux mêmes des labos tout puissants …,
    nous leur donnons de l’amour tout en sachant qu’ils sont en mode survival
    jusqu’où doit on laisser les labos et leurs mains mises sur nos propres vies
    personnellement, je veux rester maître de mon véhicule , en mode conscient et pas en automatique

    • Marie Bertolotti

      Je souhaite aussi rester maître de mon véhicule, jusqu’au bout. C’est une question de choix en effet mais parfois on opte pour la facilité, ça nous est tous arrivés. Donc j’espère avoir cette force. Bonne soirée. Marie

  4. Philippe GUILLET Répondre

    bonjour Marie,
    merci pour votre réponse pertinent et oh combien juste . pour ceux qui en ont plein le dos au propre comme au figuré, je leur conseille de faire une méditation 1/2 h / jour sur un tapis tibétain ( hors digestion) .
    me concernant, ma cruralgie a disparu et plein de bonnes choses me sont arrivées ,retour de ma libido , mon épouse (marié depuis 44 ans) est super contente , meilleur humeur et sommeil .
    amicalement
    Philippe

Leave a Reply

Votre avis est le bienvenu