Sourire pour être heureux

Le-sourirePourquoi sourire ?

Parce que cela prouve que je ne me laisse pas envahir par la morosité ambiante et que je perçois des facettes positives à mon existence. Il devrait être le plus permanent possible sur mon visage. Il signifie que j’existe.

Quand mon visage est fermé, je suis transparente, je deviens susceptible, négative, je suis dans l’« avoir ». Se réjouir prouve et implique que je suis dans l’« être ». C’est un gage de santé mentale.

On n’a plus l’habitude de sourire dans le quotidien. C’est pour cette raison qu’il faut avoir un visage de bandit sur les photos d’identité sans cela, les douaniers ne nous reconnaitraient pas. Vous souriez quand vous passez les contrôles?

C’est un chemin spirituel important que d’avoir le sourire aux lèvres car un cœur ouvert va de pair avec une grande gaité intérieure. Et c’est à double sens, quand je souris, ça ouvre mon cœur et quand mon cœur est ouvert, cela me rend joyeux.

Le visage devrait être comme un ciel bleu sans nuage
pour faire passer le soleil des yeux

De plus, si j’irradie extérieurement, je modifie mon état intérieur, le sourire engendre une détente physiologique qui permettra d’éviter les maladies à long terme.

Dernier avantage : Le sourire se transmet…

Comment sourire ?

  • Le  sourire se voit dans les yeux même si le visage est inexpressif et il n’y a pas de marketing possible avec eux, c’est impossible de tricher. On est donc à l’opposé du sourire commercial.
    Regardez-moi dans les yeux quand je souris, vous y verrez si je suis honnête ou pas.
  • Se dérider est une démarche active. Je le décide. Je veux prendre du recul, regarder avec distance et optimisme. C’est une démarche simple et naturelle, non intellectuelle.
  • Quand je suis pensive, tendue, que j’ai le regard fixe, soucieux, que mes sourcils sont rapprochés, et que je contracte mes mâchoires, je dois pouvoir le repérer et lâcher. 
  • Je peux aussi m’entrainer à rire devant le miroir. Ainsi, je créerai un réflexe positif.
  • Je pratique la méditation du sourire de Thich Nhat Hanh

Illustration pour sourire…

Un temple perdu dans la montagne. Quatre moines zen ont décidé de faire un sesshin (sorte de retraite) dans un silence absolu. Ils sont installés en zazen. La nuit est venue. Le froid est vif.

– La bougie s’est éteinte ! dit le plus jeune des moines.

– Tu ne dois pas parler. C’est un sesshin de silence total, fait observer sévèrement un moine plus âgé.

– Pourquoi parlez-vous, au lieu de vous taire, comme nous en étions convenus ! remarque avec humeur le troisième moine.

– Je suis le seul qui n’ait pas parlé ! dit avec satisfaction le quatrième moine.


Marie Bertolotti
desirdetre.com 😉 

 

Leave a Reply

Votre avis est le bienvenu