Notre peur la plus profonde

« Notre peur la plus profonde n’est pas que nous ne sommes pas à la hauteur.
Notre peur fondamentale est que nous sommes puissants au-delà de toute limite.
C’est notre propre lumière et non pas notre obscurité qui nous effraye le plus.

Nous nous posons la question :
« Qui suis-je moi, pour être brillant, radieux, talentueux et merveilleux? »
En fait qui êtes-vous pour ne pas l’être?
Vous restreindre, vivre petit, ne rend pas service au monde.
L’illumination n’est pas de vous rétrécir pour vous éviter d’insécuriser les autres.
Elle ne se trouve pas non plus chez quelques élus. Elle est en chacun de nous.
Et au fur et à mesure que nous laissons brûler notre propre lumière, nous donnons inconsciemment aux autres la permission de faire de même.
Si nous nous libérons de notre propre peur, notre présence libère automatiquement les autres. »

Ce texte est de Marianne Williamson, citée par Nelson Mandela, lors de son discours d’investiture à la présidence de l’Afrique du Sud en 1994.

Juste une remarque, Nelson Mandela se prénommait en réalité « Rolihlahla », qui signifie en xhosa « fauteur de troubles ». Un signe ?
Les trublions peuvent aussi être de grands sages.
Marie

desirdetre.com
One Response
  1. Et quel  » fauteur de troubles »! semer la paix entre races divisées ( les Blancs et les Noirs ) et détenir le prix nobel de la paix! chapeau RHOLIHLAHLA!
    Tu es et resteras un modèle pour cette génération et d’autres générations à venir!

Leave a Reply

Votre avis est le bienvenu