Présidentielles, mon choix est fait

Alors voilà, normalement pas de politique sur le blog (ou si peu ;-). Mais cette semaine, pour les présidentielles françaises, une jeune fille de 20 ans m’explique qu’elle est perdue, qu’elle ne sait plus quoi faire aux prochaines élections. Ca me renvoie à ma propre perplexité et je me rends compte que je n’ai pas l’esprit clair non plus… Je me suis donc posée devant un clavier pour écrire à Laura.

Chère Laura,

Nous sommes plusieurs millions à avoir voté pour plus de justice sociale, pour une politique moins libérale, pour plus de solidarité. Et nous voilà à devoir choisir entre l’extrême droite et le libéralisme décomplexé. Comme toi, depuis dimanche dernier, tout et son contraire ont traversé mon esprit.

Jour 0 : Résultats des votes. Coup de bambou.

Jour 1 : Action/réaction. Je ne voterai pas… ou je voterai blanc. Shit, je suis en colère. Pour moi, c’est clair : je ne veux pas participer au désastre fasciste et pas non plus à la poursuite des programmes libéraux qui conduisent à l’augmentation de la pauvreté et donc au vote pour la famille Le Pen.

24h plus tard, la colère est retombée, je reviens à la raison et à la réflexion.

Jour 2 : Je vais voter pour Marine. Voilà. Parce que si on élit Manu, dans 5 ans, la pauvreté et l’humiliation du peuple seront telles que Marine passera les doigts dans le nez. Et là, on aura perdu 10 ans alors autant ne perdre que 5 ans. Bon, c’est pas noble comme raisonnement, j’avoue.

Encore en colère mais là, mon cerveau se remet un peu en marche :

  • Je me suis alors demandée comment j’allais assumer mon vote FN si un de mes amis était renvoyé dans le pays d’origine de ses ancêtres car non français de souche ou de religion « pas catholique » ou vivant en France depuis des années mais sans carte d’identité française…
  • Je me suis demandée comment j’allais assumer mon vote FN si l’IVG n’était plus remboursée voire autorisée pour des jeunes filles seules et sans le sous, ou même pour toutes les femmes point.
  • Je me suis demandée comment j’allais assumer si une de mes amies homosexuelles se retrouvaient harcelées ou parquées ou torturées pour cause d’orientation sexuelle différente.
  • Et plus personnellement, je me suis demandée comment j’allais assumer d’être travailleuse à l’étranger en votant pour une présidente qui souhaite interdire à d’autres de venir bosser en France.

J’aimerais pouvoir me regarder dans une glace encore quelques temps, et étant tout à fait capable de mettre des visages et une réalité sur chacune de ces options, j’ai bien vite abandonné mes errements politiques.  😳

Jours suivants, ça devient clair, très clair. Je préfère être dans l’opposition sous Macron que sous Le Pen.
Donc voilà Laura, Manu aura mon vote le 7 mai, parce qu’il sera beaucoup moins dangereux à combattre sur le plan des valeurs et des idées que son adversaire une fois qu’il sera aux fonctions suprêmes.
Mais aussi parce qu’en 1930, les conditions sociales et psychologiques étaient semblables et ça nous a coûté des millions de morts. Révise ton histoire Laura 😉 .

Alors c’est vrai, les libéraux font des dégâts mais on ne va pas mélanger les torchons de plancher et les torchons de vaisselle d’ac ?
Donc voilà, ce sera Manu, avec sa gueule d’ange sans complexes et sûr de lui sauf que le réveil citoyen a eu lieu. Dans le viseur maintenant : Les législatives. A fond.

Merci Laura, j’y vois plus clair, bises et bon vote à toi.  Tata Marie.


Un jour, dit la légende, il y eut un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés, atterrés, observaient impuissants le désastre. Seul le petit colibri s’activait, allant chercher quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu. Après un moment, le tatou, agacé par cette agitation dérisoire, lui dit : « Colibri ! Tu n’es pas fou ? Ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu !  » Et le colibri lui répondit : « Je le sais, mais je fais ma part. »

Face au danger extrêmiste, je prends sur moi et je fais ma part.

Marie Bertolotti

2 Responses
  1. Bien sur… aller vers le moins pire… mais être convaincu qu’aucune autre solution n’est valable, ni le vote blanc, ni le vote FN qui rallie maintenant d’autres anti européens.

Leave a Reply

Votre avis est le bienvenu