Mon affaire c’est d’aimer

Dans l’univers, je ne vois que trois sortes d’affaires :
Les miennes, les vôtres et celles de Dieu

Quand, du point de vue mental, je me mêle de vos affaires ou de celles de Dieu, la séparation survient.

Pour moi, « Dieu » signifie « Réalité ». Dieu est réalité, car c’est elle qui mène le monde. Tout ce qui échappe à mon contrôle, au vôtre, à celui de n’importe qui d’autre (les tremblements de terre, les inondations, la guerre, l’heure de la mort), ce sont, d’après moi, les affaires de Dieu.

Quand je pense : « Tu as besoin d’un travail, je veux que tu sois heureux, tu devrais arriver à l’heure, tu devrais mieux t’occuper de toi », je me mêle de tes affaires. Si je me place mentalement dans vos affaires ou dans celles de Dieu, il en résulte une séparation.

J’ai tout de suite remarqué ce principe en 1986. Quand je me dirigeais vers les affaires de ma mère, par exemple, avec une pensée comme « Ma mère devrait me comprendre », je ressentais aussitôt de la solitude. Et j’ai compris ceci : chaque fois au cours de ma vie que je m’étais sentie seule ou blessée, je m’étais trouvée dans les affaires de quelqu’un d’autre.

Si, de votre côté, vous menez votre vie et que je vis mentalement la vôtre, qui donc vit la mienne ? Nous sommes tous deux ailleurs. Le fait de me mêler mentalement de vos affaires m’empêche d’être présente aux miennes. Je suis dissociée de moi-même et je me demande pourquoi ma vie ne va pas bien.

Croire que je sais ce qui vaut mieux pour quiconque, c’est me trouver à l’extérieur de mes affaires. Même au nom de l’amour, ce n’est que pure arrogance, et cette attitude entraîne la tension, l’anxiété et la peur. Est-ce que je sais ce qui me convient ? Voilà où commencent et où finissent mes affaires. Je devrais m’y consacrer avant de tenter de résoudre vos problèmes à votre place.

Si vous saisissiez ces trois types d’affaires assez clairement pour arriver à vous en tenir aux vôtres, votre existence serait affranchie à un point que vous ne pouvez même pas imaginer.

La prochaine fois que vous vous sentirez stressé ou mal à l’aise, demandez-vous de quelles affaires vous vous mêlez mentalement. Vous pourriez avoir une drôle de surprise. Cette question vous ramène à vous-même. Et vous vous apercevrez que, finalement, vous n’êtes jamais vraiment présent, que vous avez toujours vécu mentalement dans les oignons des autres. Cette simple constatation suffit à vous ramener à votre propre soi si merveilleux.

Une fois que vous vous y serez exercé pendant quelque temps, vous prendrez peut-être conscience que vous n’avez pas d’affaires en propre et que votre vie se porte très bien toute seule.

Extrait d’une intervention de Katie :
Katie : « Alors, si vous vous suicidez, de qui est-ce l’affaire ? »
Doug : « C’est mon affaire. »
Katie : « Et si votre mère se suicide, de qui est-ce l’affaire ? »
Doug : « C’est son affaire. »
Katie : « Merci de comprendre la différence. »

Tiré de Katie Byron « Aimer sans limites »

desirdetre.com
One Response
Leave a Reply

Votre avis est le bienvenu