L’esprit de toutes les religions

L’esprit de toutes les religions est le même

Elles partagent les mêmes valeurs fondamentales. Elles ont en commun le même intérêt pour le bien-être universel de l’humanité et la reconnaissance du caractère sacré, inné de la vie. Les Hindous considèrent tous les êtres comme divins, les Chrétiens prêchent l’amour universel, les Shintoïstes respectent la vie et les droits de chacun, les Jaïns déclarent que les différentes formes de vie se soutiennent mutuellement et sont interdépendantes, les Sikhs assurent que le service d’autrui est l’adoration du Divin, le Coran affirme l’égalité de tous et l’unité du genre humain et Bouddha dit que les signes distinctifs de toute religion authentique sont la bonne volonté, l’amour, la pureté et la bonté. Cependant, à travers les âges, plus de batailles ont été livrées et davantage de sang répandu sur cette terre au nom de la religion que pour n’importe quelle autre cause.

Le premier Parlement des Religions du Monde se tint à Chicago en 1893

Il marqua le premier effort concerté pour amener les différentes religions sur un terrain d’entente commun où les dirigeants et les représentants de toutes les croyances pouvaient communiquer et échanger leurs points de vue. Au cours de cette première conférence, ils explorèrent les possibilités d’harmonie et de tolérance religieuse, et les différents moyens de coopération pouvant permettre de résoudre les problèmes brûlants qui assaillent l’humanité. Quatre cent hommes et femmes, représentant quarante-et-une traditions religieuses, participèrent au Parlement des Religions du Monde de 1893. C’est là que le Catholicisme et le Judaïsme furent reconnus comme des religions d’importance majeure en Amérique, et que l’Hindouisme et le Bouddhisme furent introduits pour la première fois en Occident.

 Le centenaire du premier Parlement des Religions du Monde se déroula également à Chicago, du 28 août au 4 septembre 1993

Plus de six mille cinq cent délégués, représentant environ 125 religions, participèrent à ce grand Parlement; parmi eux se trouvaient approximativement 600 dirigeants spirituels mondiaux. Contrairement au premier Parlement, l’accent se porta davantage sur les échanges inter-religieux que sur les discours individuels, les participants s’efforçant d’intégrer le consensus existant entre leurs différentes religions.

L’agrément fut total pour dire que la religion devait être associée à la science, à la spiritualité et aux autres aspects pratiques de la vie quotidienne, et qu’il fallait encourager les gens de toute croyance à partager les fruits de leurs accomplissements avec les êtres moins fortunés qu’eux.

Alors que le premier Parlement eut pour résultat l’intégration des Juifs et des Catholiques dans la tendance majoritaire, ainsi qu’une introduction impressionnante aux religions d’Asie, ce deuxième Parlement mit en évidence la reconnaissance grandissante et l’influence de ces autres fois et traditions. Le Parlement offrit un exemple clair de l’émergence d’un pluralisme religieux.

Le Parlement aborda la plupart des nombreuses questions critiques auxquelles l’humanité se trouve actuellement confrontée. La pollution de l’environnement et la menace nucléaire, le fossé grandissant entre les riches et les pauvres, le racisme, l’oppression, l’évolution des rôles des hommes et des femmes — tels sont quelques-uns des sujets qui furent traités et approfondis.

Le succès considérable de ce Deuxième Parlement des Religions du Monde fut en lui-même la confirmation du message d’harmonie et de coopération qui réside au cœur des religions du monde.

L’Assemblée des Présidents

Une réalisation primordiale de ce second Parlement fut la formation d’un groupe central comprenant les dirigeants religieux les plus influents dans le monde actuel, une assemblée de 25 présidents représentant les principales croyances.
Lors des journées du Parlement, le groupe se réunit en privé pour discuter les problèmes qui se posent au monde, pour proposer des solutions et pour établir une éthique mondiale.

Il fut proposé que ce groupe central travaille comme une sorte d’« Organisation des Nations-Unies » spirituelle : chaque fois que surgirait quelque part dans le monde un conflit dû à l’intolérance religieuse, le groupe utiliserait son influence collective et son poids spirituel pour parvenir à une solution pacifique.
Il serait à même de démontrer au monde que la religion peut et doit être une source d’harmonie plutôt que de conflits.

Cette éminente assemblée de présidents, qui représente nos nombreux chemins différents, s’efforce non seulement de promouvoir un dialogue inter-religieux, mais également de conduire l’humanité vers une ère nouvelle d’harmonie et de paix.

desirdetre.com
Leave a Reply

Votre avis est le bienvenu