Les paradoxes du langage

Ohlala mais quelle idée j’ai eue de proposer un article sur le langage ! C’est la panique !
Comment parler des mots, avec les bons mots ?!

Pourtant, les mots sont le pilier de ma profession :
Une orthophoniste qui panique face au langage, voilà qui n’est pas banal à priori. Et bien justement, le pratiquant au quotidien, le décortiquant, le transmettant, l’expliquant, le manipulant, je le connais bien ce fourbe : il passe son temps à embêter les patients, il les torture, il les déstabilise, il les embrouille.

Je vois se présenter une foule de personnes atteintes de maux des mots, et suis sensée réparer et remettre en ordre tout ce méli-mélo… C’est en attendre tant de moi, pauvre humaine aussi perplexe que tous devant ce mode de communication !
Le moindre de ces mots est le début des malentendus, des maladresses, des obscurs implicites, des interprétations diverses et propres à chacun…

S’il est si mal fichu ce langage, il est quand même utile, c’est vrai : pour échanger au quotidien, exprimer ce qui nous touche, rire ensemble, vider nos sacs parfois, enseigner, réconforter, rassurer… Bref, il a un million d’utilités.

Mais dès que je l’utilise, je me trouve face à ces inévitables mêmes écueils….
Il est un peu aberrant, incontrôlable avec tous ses sens multiples, ses contresens, ses sous-entendus, ses ambiguïtés…

Alors tous nos bavardages finissent dans la même joyeuse mélasse : je parle des mots et des phrases, et je ne me sens ni entendue, ni comprise.
Le pire, c’est que mon interlocuteur, lui, est persuadé de m’avoir comprise, et que c’est moi qui n’entends pas ce qu’il s’évertue à m’expliquer !

Bref, nous voilà face aux impénétrables subtilités de ce mystérieux langage… Je comprends mieux l’usage de l’enseignement silencieux chez les maîtres spirituels : la communication va à l’essentiel, on utilise l’intuition, l’écoute des autres sens, la réunion des cœurs dans le silence.
« Si ce que tu as à dire n’est pas plus beau que le silence, abstiens-toi »

Bon… j’avertis que j’abandonne la rédaction de cet article, et je me tais…enfin…pour quelques temps…

Natafée

desirdetre.com

J'accepte de recevoir des clés chaque WE. Je pourrais me désabonner à tout instant et avoir accès à mes données en bas de chaque newsletter. Mon adresse mail ne sera jamais cédée ou revendue. Si j'ai une question : contact@desirdetre.com
One Response to “Les paradoxes du langage”
  1. Le premier accord toltèque « Don Miguel Ruiz  » Que votre parole soit impeccable… Merci du partage

Votre avis est le bienvenu

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.