Les mystères de la vie

Les mystères de la vie me semblent fascinants, en particulier parce que je ne trouve pas de réponse définitive à certaines questions existentielles :

  • Qui suis-je ?
  • D’où est-ce que je viens ?
  • Quel est le sens de ma vie ?

Pour tenter de répondre à ces questions qui me taraudent, je vais m’appuyer sur Wayne W. Dyer, Docteur en psychologie et psychothérapeute, mort en 2015 et qui a enseigné de nombreux principes psychologiques et spirituels fondamentaux pour transformer sa vie.

Qui suis-je ?

Un corps aux caractéristiques mesurables, matériel, ayant une forme définie mais qui ressent aussi une présence intangible, sans forme visible, ni frontières perceptibles, que l’on pourrait appeler « Esprit ».

D’où est-ce que je viens ?

Je viens du néant

La physique quantique a prouvé scientifiquement que les particules, même les plus infimes, ne proviennent pas d’une particule originelle. La matière proviendrait de quelque chose qui n’a pas de forme et qui serait de l’énergie.

J’ai été un minuscule protoplasme devenu fœtus, bébé, enfant, adolescent, adulte cinquantenaire et, selon la physique quantique, on peut dire qu’au départ de ce grand cycle de vie, il n’y avait rien, c’était le néant, de la pure énergie sans forme.

Tout est énergie et la vie est une vibration. Le stylo que je tiens semble solide mais il n’est qu’un champ d’énergie qui vibre. Tout comme vous et moi.

Je suis un être spirituel

Ce qui est important dans le fait d’être sans forme est que ça ne peut pas être détruit, cela implique que notre essence originelle est éternelle, seul notre corps est dans le cycle de la vie et de la mort.

Le Tao Te King dit que chaque être vient du Non-Etre, la genèse que tout est venu de Dieu. Nous serions des être spirituels vivant une expérience humaine temporaire dans la matière.

Tout est semblable à d’où il vient. La part de tarte vient bien de la tarte non ? Comme je viens d’une source d’énergie invisible et sans forme, je suis semblable à elle.

  • Je suis une part de la source d’où je viens.
  • Je suis cet esprit invisible qui est à la source de tout.
  • Je suis aussi la forme destinée à retourner à la source.
  • Je suis un être spirituel connecté à une source sans forme et invisible.

Quel est le sens de ma vie ?

Je fais des choix

Certains de ces choix me déconnectent de la Source d’où je viens, en particulier ceux qui sont dirigés par mon égo.
Avant d’approcher de trop près la mort, je pourrais commencer à comprendre ma nature originelle et tenter de lui ressembler un tant soit peu. Je suis autre chose que ce que j’identifie avec mes 5 sens. La question importante à gérer chaque jour est :

« Est-ce que je me comporte à l’image de la Source d’où je viens ? »

Je dois ressembler davantage à ce que l’Esprit, la Source dont je suis issue, semble être et il me semble que si celui-ci pouvait parler, son message serait d’aimer et d’être dans la gratitude à l’égard de la vie.

Mon corps me dit la vérité

En kinésiologie, lorsque je concentre mon énergie mentale sur une belle pensée alignée avec le Ciel et que je lève le bras pour tester ma force, il est difficile de le faire baisser par quelqu’un qui appuierait dessus.

Et inversement, si je me concentre sur une pensée non alignée, négative, dépourvue d’amour et de gratitude, mon bras est alors facile à baisser. Je perds ma force. Dire un simple mensonge affaiblit le bras, et inversement. Faites le test.

Chaque pensée qui n’est pas de l’amour ou de la gratitude nous éloigne d’où nous venons. La pensée vibratoire la plus élevée est l’amour, elle nous rend robuste.

Je dois apprendre à vivre l’unité

Je viens du néant, du rien et à la naissance, je suis entrée dans un monde où quelque chose a remplacé le rien. Un monde où n’avoir rien, ne faire rien sont signes d’échecs. Mais notre essence première est plus à l’aise avec le rien. Pour me reconnecter au rien, je dois me détacher de la matérialité, je dois ETRE et non plus AVOIR ou FAIRE.

Lao Tseu insiste sur la connaissance du grand Tao (L’Esprit, Dieu…) en renonçant à tout, en se détachant de tout, en en faisant moins, en ne possédant rien, en vidant l’esprit. Je dois expérimenter la béatitude du rien.

Tout vient du Rien, Tout est connecté au Rien et donc au Tout, c’est l’unité. Nous avons du mal à nous connecter à l’unité car notre monde matériel est fait de dualité (bas/haut, homme/femme, bien/mal…). Il suffit que je me libère de toutes ces étiquettes, séparations, jugements pour commencer à comprendre et accepter l’unité.

Je résume ? Aimez, Remerciez. La vie sera plus belle et aura un sens.

 

Source : Le Virage, Wayne W. Dyer

Marie Bertolotti

desirdetre.com

 

 

 

Leave a Reply

Votre avis est le bienvenu