Les enseignements d’Osho

Quels sont les différents niveaux de paix pour Osho ?

Il y en a un que vous pouvez produire rien qu’en le sentant, rien qu’en vous donnant la profonde suggestion que vous êtes paisible; c’est le premier niveau.
Le second, c’est celui dont vous prenez brusquement conscience. Vous ne le créez pas; mais il n’arrive que si le premier est présent.
Le second est le vrai, mais le premier l’aide à se frayer un chemin. La paix vient – mais avant qu’elle ne vienne, vous devez créer une paix mentale autour de vous comme condition préalable. La première paix sera purement mentale, elle sera comme une auto-hypnose; c’est vous qui la créez.
Puis un jour, vous verrez que la seconde paix est là. Elle n’a rien à voir avec votre action, ni avec vous. En fait, elle est plus profonde que vous. Elle vient de la source même de votre être, de l’être non identifié, de l’être non divisé, de l’être inconnu.
Nous ne nous connaissons qu’en surface. Une petite place est identifiée comme étant vous. Une petite vague est nommée, étiquetée comme étant vous. Juste à l’intérieur de cette vague, tout au fond, se trouve le vaste océan.
Ainsi quoique vous fassiez, souvenez-vous toujours de créer la paix tout autour. Ce n’est pas le but; ce n’est que le moyen. Une fois que vous aurez créé la paix, c’est quelque chose de l’au-delà qui la réalisera. Elle ne résultera pas de votre effort. »

Comment éviter la mort ?

« N’attachez pas trop d’importance aux accidents. Dites-vous que vous avez survécu. Vous avez vaincu cet accident et vous avez survécu. Il n’y a donc pas de quoi vous tracasser. Pensez toujours au côté positif des choses : l’accident a eu lieu mais vous êtes toujours vivant. Vous l’avez donc surmonté. Vous vous êtes montrés plus fort que l’accident.
Mais je peux comprendre votre peur si de telles choses se répètent. Vous tombez dans un puits. il est donc normal que la peur de la mort surgisse dans votre esprit. Mais la mort arrivera de toute façon que vous tombiez dans un puits ou non.
Si vous voulez éviter la mort, l’endroit le plus dangereux est dans un lit car c’est là que se produisent 99 % des morts – rarement dans un puits. La mort surviendra de toute façon; peu importe comment elle arrive. Et si on doit choisir entre le lit et le puits, je crois que le puits est bien mieux. Il a quelque chose d’esthétique. »

L’individu et la société, qui domine ?

« Jusqu’à présent, on a pensé que l’individu existait pour la société, qu’il devait en suivre les diktats, que l’individu devait s’adapter à la société. C’est devenu la définition de l’être humain normal : celui qui s’ajuste à la société. Même si la société est malade, vous devez vous y adapter, alors vous êtes normal.
Mais pour l’individu, le problème c’est que la nature demande une chose et que la société demande le contraire. Si la société demandait la même chose que la nature, il n’y aurait pas de conflit. Nous serions encore dans le Jardin d’Eden.
Le problème vient que la société à ses propres intérêts et ils ne sont pas forcément en accord avec ceux de l’individu. La société a ses propres investissements et l’individu doit être sacrifié. C’est un monde complétement à l’envers. Cela devrait juste être le contraire. L’individu n’existe pas pour la société. La société existe pour l’individu. La société n’étant qu’une institution, elle n’a pas d’âme. L’individu a une âme, il est le centre conscient. »

Osho

desirdetre.com
Leave a Reply

Votre avis est le bienvenu