Le chien au regard de porcelaine

Le temps est lourd, l’heure tardive, il est difficile de s’endormir. Je sors faire quelques pas, trouver un peu d’air frais. La rue est tranquille, les fenêtres sont éteintes, dans cette atmosphère, je me sens bien aussi : un peu de calme et d’étoiles dans la grande ville.  

Soudain une présence derrière moi. Pas d’inquiétude. Je me retourne et dieu quel étonnement, je vois un chien au regard bleu de porcelaine. Sous le doux éclairage de la lune, son pelage blanc aux reflets cuivrés, semble pailleté d’or mais son regard me prend au cœur.

J’ai perdu toutes mes défenses, à tel point que c’est moi qui devient comme le chien et lui le seigneur de la route.

Sans faire aucun bruit ni n’émettre aucun son, il me parle et je comprends tout son langage.

  • Je me suis égaré, me dit-il, je suis sans maître, ni maîtresse, mais je t’ai trouvé et si tu le veux, je te suivrai bien volontiers

Sait-il que je ne peux lui dire non ? Que je ne peux renoncer à cette étincelle de vie mise dans mon cœur !
A ce regard qui a dérobé ce cœur instantanément remis à neuf.

  • Viens dans ma maison, lui dis-je, j’en serais heureuse, et tant que tu voudras y rester, elle sera le tienne.
  • Quel bonheur ! répondit-il, d’avoir trouvé ma maison d’ici. N’est-il pas écrit : « Il y a beaucoup de Demeures dans la Maison de Mon Père ».

Dans ma maison il se restaura, se reposa, et sur un magnifique tapis au tissage somptueux que je gardais comme un secret caché depuis longtemps, et que je déroulais pour lui, il s’installa près de la fenêtre ouverte.  Son regard était heureux, d’un bonheur si profond qu’il me semblait inconnu, mêlé pourtant d’une si poignante et indicible nostalgie. Il se tourna vers le ciel pour regarder les étoiles qui, par milliers, scintillaient comme jamais cette nuit-là.

Je m’endormis du sommeil d’un au-delà, je vins ainsi vers mon ami, je voulais savoir son nom :

  • Je peux avoir de nombreux noms, me dit-il, alors, aujourd’hui, si tu le veux, tu peux m’appeler « Le Multiple ».
    Chez moi, en nageant vers mon ami, « le Poisson d’Argent du fond des eaux », qui voulait voir les oiseaux et écouter leurs chants, j’eus soudain la vision d’une femme, d’une silhouette qui marchait seule dans un pays d’ailleurs.
    Mon cœur, sans prévenir, éclata comme un volcan dans ma poitrine, provoquant un tourbillon si puissant que le fond des eaux s’ouvrit, m’emportant à la vitesse de l’éclair dans un abîme qui semblait sans fin, et je fus soudain là près de toi, l’âme en certitude, rassérénée, car je sais à présent que je te cherchais  pour l’accomplissement de l’Entièreté.
    Je me nomme aujourd’hui « Le Multiple » le chien au regard bleu de porcelaine que tu as pu recueillir et qui a ravi ton cœur, mais j’aurais pu avoir bien d’autres formes : un oiseau merveilleux couleur d’améthyste, de rubis ou de neige, une étoile flamboyante pour envoler le rire, une musique divine pour éblouir ton âme, un ange de majesté… et puis…et puis … peu importe.
    Je serai relié à toi par un fil d’or indestructible. Je vais partir et pendant un temps, tu ne me verras plus, mais je suis avec toi, je suis en toi, tu ne peux plus me perdre. Je reviendrai bientôt, en une forme semblable à la tienne, dont je ne peux en cet instant, t’en décrire l’enchantement, et nous partirons enfin, goûter ensemble le Fruit de Connaissance.

Je me réveillais soudain, le cœur battant à tout rompre. Il faisait encore nuit. Je me précipitais vers la fenêtre où reposait l’Ami. Il n’y avait plus personne. Je sentis tout mon être s’envahir de douleur, de chagrin et de larmes, lorsque j’entendis une voix douce, mélodieuse, claire comme le cristal me dire :

  • Je suis relié à toi par un fil d’or indestructible. Tu ne peux plus me perdre. Je suis avec toi,et je suis en toi. Je reviens bientôt.

Les larmes abondantes coulaient sur mon visage, mais elles étaient bienheureuses, douces, fraîches, limpides comme la rosée du matin, comme la voix de l’Ami. Elles ont laissé sur mes lèvres le goût du bonheur.

Pauline – Lena NIZET

One Response to “Le chien au regard de porcelaine”
  1. C’est beau … J’en ai les larmes aux yeux, triste et en même temps heureuse

Votre avis est le bienvenu

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.