La société taoïste

L’Occident, par son idéologie qui exalte les aspects les plus sombres de l’humain, s’éloigne de l’harmonie naturelle, tourne le dos à la vraie sagesse. Pour Lao Tseu ou Tchouang Tseu, toutes les valeurs qui fondent notre monde contemporain sont dénuées de sens. Aucune société n’est plus éloignée de l’idéal taoïste que la nôtre. Voyons ce qu’affirme Lao Tseu dans le Tao Te King :

« Ne rivalise pas »

Notre société avancée exalte la compétition, elle en fait un idéal moral. Elle y voit la clé d’une meilleure efficacité, une image de la sélection naturelle où les plus aptes survivent.

« Fais en sorte que les rusés n’osent rien faire »

Notre monde est fait pour les rusés et manipulateurs. On ne peut réussir en politique si l’on n’est pas un disciple du « Prince » de Machiavel qui combine, calcule, utilise avec cynisme.

« Garde le peuple du désir »

Notre société exalte l’envie, désirer et consommer sont devenue des synonymes de vivre. Notre espace mental est constamment occupé par les publicités. Et la délinquance est forte. Pour y répondre, les autorités ont créé une législation envahissante, oubliant qu’elle augmente proportionnellement au nombre de lois.

Pour Lao Tseu ou Tchouang Tseu, ce ne sont pas les voleurs qu’il faut punir mais l’arrogance des riches qui doit être réformée :
«Ne fait nul cas des choses rares, n’exhibe pas ce qui porte à l’envie, on cessera de dérober».

La société est inégalitaire, elle suscite l’envie, donc le vol. Les riches paradent. Cela fait naitre les voleurs. C’est parce que les riches sont « nantis outre leur besoin que la pauvreté existe et que les greniers sont vides » Ce sont donc eux les vrais brigands.

Le taoïsme ne dément pas l’existence des voleurs mais propose une société ou leur penchant ne s’exprimerait pas. Ce sont les conditions et les hiérarchies qui sont sources de tous les désordres de la société.

« Qui fait parade de soi-même est sans éclat »

Notre société a le culte des idoles. Seul existe ce qui se montre, se déploie devant le regard. La réussite sociale est une valeur clé de notre monde. Celle que l’on voit. Selon Lao, de tous les instruments de mort, l’ambition est la plus meurtrière.

« Quiconque veut s’emparer du monde et s’en servir court à l’échec (…) Qui s’en sert le détruit, qui s’en empare le perd »

Or l’homme occidental obéit à la croyance que les choses se font grâce à lui, pour lui, que la volonté est libre et peut ployer les évènements, contraindre les êtres. Cet homme en arrivera à s’ériger en maître du monde et obligera les autres hommes à adopter ses jugements et à se sacrifier pour eux.

Qu’il soit conduit par une volonté de bien ou la soif du pouvoir, l’homme qui veut s’imposer, diriger, se transforme en tyran et conduit la société à la destruction.

L’humilité, l’effacement et Wu Wei, la non-ingérence sont en fait le cœur, l’ossature de la sagesse taoïste. Le taoïsme pose les bases d’une société simple, paisible, en harmonie avec la nature, parfaitement égalitaire, dénuée de l’emprise d’un gouvernement central.

Erik Sablé Sagesse libertaire taoïste

desirdetre.com

One Response
Leave a Reply

Votre avis est le bienvenu