Qu’est-il arrivé à la fourmi heureuse ?

Chaque jour, une fourmi venait très tôt au bureau et travaillait dur. La fourmi était productive et heureuse.

Le directeur guêpe était surpris du travail sans aucune supervision de la fourmi. Si elle était productive sans surveillance, se dit-il, elle le serait encore plus avec un chef pour la contrôler.

Et il mit un cafard, qui préparait de beaux rapports et avait beaucoup d’expérience en tant que superviseur. La première préoccupation du cafard fut de réglementer le temps d’entrée et de sortie de la fourmi. Ainsi, le cafard eut besoin d’un secrétaire pour l’aider à préparer les rapports et il engagea une araignée pour organiser les fichiers et gérer les appels téléphoniques.

La guêpe se réjouit des rapports du cafard et demanda également des graphiques avec des indicateurs et l’analyse des tendances qui furent présentés lors de réunions. Le cafard engagea alors une mouche et acheta un ordinateur avec imprimante couleur.

Ainsi, la fourmi productive et heureuse, commença à se plaindre du temps passé dans des réunions mais aussi à lire des documents, des mails tous très importants !

La guêpe conclut qu’il était temps de créer une fonction de gestionnaire de la zone où la fourmi productive et heureuse travaillait. Le poste fut donné à une cigale qui demanda à installer dans le bureau un tapis, un tableau et une chaise spéciale pour elle. La nouvelle gestionnaire cigale eut ensuite besoin d’un ordinateur et d’un puceron pour l’assister (son assistant dans son entreprise précédente) et pour l’aider à préparer un plan stratégique en vue du contrôle du budget de la zone où la fourmi travaillait.

La fourmi, quant à elle, avait cessé de fredonner et semblait de plus en plus affectée.

La cigale convainc alors le directeur guêpe, qu’il fallait faire un audit. Mais la guêpe, en examinant les finances, réalisa que la zone où la fourmi travaillait avait moins de rendement qu’auparavant, et elle engagea un hibou, consultant prestigieux très célèbre, pour faire un diagnostic de la situation. Le hibou resta trois mois dans le bureau et publia un volumineux rapport avec plusieurs tomes et cette conclusion : Il y a beaucoup trop de gens dans cette entreprise !

Et devinez qui la guêpe décida de licencier? La fourmi, bien sûr, parce qu’elle ne faisait plus preuve de motivation.

Ah !  Attendez ! J’ai une autre fin, oui, elle ne me plaît pas celle-là :

A l’arrivée du hibou, la fourmi comprit que définitivement, l’on marchait sur la tête dans cette entreprise où elle avait mis tout son cœur à travailler joyeusement. Le lendemain elle se leva et s’en fut proposer ses services à d’autres.

desirdetre.com

One Response to “Qu’est-il arrivé à la fourmi heureuse ?”
  1. Bonjour Marie !

    J’adore cette histoire qui reflète bien notre société actuelle, hélas… Mais je ne connaissais pas cette « fin heureuse », quelle bonne idée ! La fourmi travailleuse va faire le bonheur de son futur patron qui sera peut-être plus avisé ?

    Merci pour ces petits trésors du week-end, je les apprécie beaucoup !

    Bien amicalement
    Danielle

Votre avis est le bienvenu