Alicament : Bulbe d’ail

Actions selon la médecine chinoise

L’ail favorise l’évacuation des toxines.
C’est un puissant anti-inflammatoire et anti-infectieux. Il réduit les gonflements et l’inflammation. Il tue les parasites. C’est un vermifuge, un antiparasitaire intestinal (oxyures, ascaris…)
Il calme la dysenterie.
Il active la circulation du Qi, de l’énergie et favorise la digestion. Il s’oppose donc aux pathologies liées à la stagnation alimentaire. Il est dit « qu’il réchauffe l’Estomac, réchauffe la Rate et tiédit le centre »
Guang Mu dit : « l’odeur de l’ail est forte ; elle permet de faire circuler l’énergie dans les cinq organes avec leurs orifices, elle chasse l’humidité et le froid, supprime le pervers, dissipe les œdèmes et élimine les stagnations alimentaires ».
C’est un puissant antiallergique.

Autres effets

En cas de diarrhée liquide par excès d’absorption d’aliments crus et froids, on utilise une décoction d’ail. Cette même décoction est très intéressante en cas de vide de Yang de la rate-estomac, entraînant des sensations de douleur, de froid dans l’estomac et l’abdomen.
On l’utilise en cas d’intoxication alimentaire avec vomissement et diarrhée.
Comme il est capable d’éliminer Re Du, la chaleur toxique, il est très utile en cas de coqueluche, de tuberculose pulmonaire, de furoncles, d’anthrax ou de diarrhées infectieuses.
Traditionnellement, les mères de familles chinoises l’utilisent en cas de pleurs nocturnes des enfants avec des douleurs abdominales et une pâleur du visage.
Pensez à en consommer lorsque vous voyagez dans les climats chauds et humides. Une consommation régulière vous protégera de la tourista…
En cas de morsure douloureuse, en particulier de mille-pattes, on pourra se frotter la zone avec une gousse d’ail.
Lors de problèmes liés à la gale ou la teigne du cuir chevelu, traditionnellement, on « gomme » la région avec une tranche d’ail ou on fait une application d’ail écrasé.
Comme nous l’avons déjà vu, il prévient ou accélère la guérison, lors d’attaques externes comme la grippe, le rhume ou  la bronchite.
De par son action très importante sur les poumons, il facilite l’expectoration du Tan, des mucosités.
En cas d’œdème et de néphrite chronique, il existe une recette chinoise : « Après avoir fait tremper une poignée de graines de soja jaune toute une nuit, cuire avec cinq-dix gousses d’ail  et consommer tel quel ».
Il existe une recette traditionnelle en cas de mycose vaginale ou des démangeaisons de la zone : « faire bouillir quelques gousses d’ail dans un litre d’eau et utiliser cette eau pour laver la zone ».
Dans les familles chinoises, il est utilisé en tant que moyen de prévention et de traitement des grippes épidémiques, des encéphalites épidémiques. On prend alors de l’ail en solution par voie nasale à raison de 10% d’ail, ou 5gr pendant le repas.

Quelques remèdes de « bonne femme » :
En cas de piqûre d’insecte, frottez avec une gousse d’ail coupée en deux la zone blessée. La même action peut venir à bout de certaines verrues.
L’ail écrasé ou en infusion peut nettoyer toutes les plaies, coupures et brûlures superficielles.

Que disent les recherches modernes?

La médecine moderne s’accorde à dire que l’ail est :
Hypotenseur.
Qu’il diminue le taux de cholestérol et les triglycérides.
Qu’il lutte contre l’artériosclérose en évitant, entre autres, les agrégations plaquettaires. Il est donc excellent dans la prévention des maladies cardio-vasculaires.
Il a des vertus anticancéreuses reconnues comme les cancers de l’estomac, de l’œsophage, du gros intestin, du sein, des ovaires…
C’est un puissant antidote en cas d’intoxication au plomb.
Rappelons-nous que Pasteur a démontré le pouvoir antibactérien de l’ail. C’est aussi un antifongique.
Globalement, l’ail permet d’augmenter les défenses  immunitaires.

Contre-indications

Nous allons voir que ces contre-indications sont très importantes à connaître. Certaines coulent de source, d’autres sont un peu plus indirectes.
En application externe prolongée, cela peut localement entraîner des rougeurs et des sensations de brûlure de la peau.
Les décoctions ou solutions d’ail sont interdites chez les femmes enceintes. De même, si une maman allaite, elle doit éviter d’en consommer de trop sous peine de donner un goût trop fort au lait.
On doit éviter d’en consommer en cas d’inflammation de la cavité buccale ou des yeux.
Ne pas en consommer en cas de grande fièvre ou de soif importante, car la saveur piquante augmenterait les symptômes. De même, dans certains troubles digestifs comme les ulcères ou hyperacidité gastrique.
En cas de faiblesse importante du Yin des Reins, avec des bouffées de chaleur, des transpirations nocturnes.
Il faut savoir que l’ail est incompatible avec le miel.
Dans les périodes de convalescence des maladies épidémiques.
Dans le Ben Cao Jing Shu, il est dit : « L’ail est contre-indiqué dans les symptômes de chaleur du Poumon, en cas de feu du Foie et des Reins, dans les cas de vide d’énergie et insuffisance de sang ».
Une consommation quotidienne permanente risque de blesser le Foie.

Tiré du blog de jean Pelissier
http://blog.jeanpelissier.com

Un "j'aime" c'est comme un sourire ou un merci. Aidez-nous à nous faire connaitre. ♥ Merci !                         desirdetre.com

 

Leave a Reply

Votre avis est le bienvenu