Comment passer de la Confiance à la Foi

Le chemin vers le dépouillement

Longtemps, je me suis inscrite dans une logique d’apprentissage. Je souhaitais acquérir LA technique de plus, rencontrer LE professeur qualifié, perfectionner LA méthode déjà acquise.
Et maintenant ?
Il me semble qu’à présent, il va juste falloir vivre le plus légèrement possible.

Dans le Tao, il existe deux notions importantes : «le Ciel antérieur» par opposition au «Ciel postérieur».
Le Ciel antérieur est l’endroit d’où l’on vient avant la naissance. Le but de toute la pratique taoïste est d’y retourner.
Le Ciel postérieur désigne, lui, le monde de la manifestation, de la matérialité et de la dualité. Le monde physique où nous sommes vous et moi.
Lorsque l’on revient au « Ciel antérieur », il n’y a plus rien à toucher ou à accumuler. On est dans le mystère de la vie, impalpable.

Passer de la confiance à la foiGrandir spirituellement

Mais alors, si le but est de retourner au « Ciel antérieur » pourquoi ce passage par le « Ciel postérieur » ?

Parce que pour grandir spirituellement, il est nécessaire d’avoir une base solide, matérielle, corporelle, physique. Il faut donc être indépendant, savoir subvenir à ses propres besoins et être inséré dans la société où l’on vit. Sans cela, la spiritualité est juste une fuite.
Ce qui fonde  le taoïsme est d’abord l’expérimentation dans la vie concrète et réelle.

Un arbre majestueux a besoin d’avoir des racines profondes
pour s’ancrer solidement dans le sol et grandir vers le ciel.

Il me semble donc que je suis arrivée à un moment de ma vie où je pourrais me délester de tout ce qui me maintient dans la matérialité et la connaissance intellectuelle. Je vais quitter mon enseignant en juin après 4 années de cours de Tao.
Et c’est fini ?
Et bien non, parce que c’est maintenant que je vais me confronter à la vraie difficulté.

Reddition totale

Avec tous mes enseignants, j’étais en confiance mais sur mes gardes, je leur donnais une partie de moi mais pas du 100%. J’ai toujours gardé une certaine distance.

C’est maintenant le travail à accomplir, la reddition totale, ce qui signifie plonger dans la Foi.
La confiance est attachée à ce qui est extérieur à moi.
La foi est plus interne, sans support, sans principes, sans loi, c’est une confiance aveugle dans la Vie. Elle se vit dans le calme, sans doutes et sans le besoin de se protéger de quoi que ce soit.

Dans la foi, je lâche le contrôle, je m’abandonne, je me jette dans le vide, c’est la vie qui pilote.
Tout le monde peut sauter dans le vide.

Pour illustrer mon propos

Il était une fois un paysan sans malice nommé Obaku qui plaçait toute sa confiance en un moine zen. Ce dernier vivait dans une grotte creusée au flanc de la montagne. Quand Obaku était malade, si l’un des animaux de la ferme se blessait ou souffrait de fièvre, le fermier allait demander conseil à l’ermite.

Celui-ci répondait invariablement : « Buvez, (ou faite boire à votre animal) une tisane de glycine grillée. » Et le malade, le blessé guérissait.

Un matin, le cheval d’Obaku disparut. L’affaire était grave. Sans le cheval, la petite ferme courait à la ruine. Obaku dit à son épouse : «  Je vais dans la montagne consulter le moine zen, luis seul peut nous sauver. » L’ermite, pris au dépourvu, réfléchit longuement. Enfin à court d’inspiration, il répondit : « Buvez une tisane de glycine grillée » La provision de glycine était épuisée.

Obaku partit aussitôt dans une certaine vallée, où elle  poussait en abondance. Et là il découvrit son cheval, qui broutait tranquillement.

La foi est comme le soleil, elle change les couleurs du monde. 

Marie Bertolotti
desirdetre.com

 

EnregistrerEnregistrer

Leave a Reply

Votre avis est le bienvenu