Comment lâcher-prise ? Comment lâcher LA prise ?

La vie est plus puissante que vous

Pour pouvoir lâcher, il va falloir accepter que la vie est plus puissante que vous, cela implique de rentrer dans le Non-agir taoïste. Dorénavant, vous avez confiance, vous avancez avec ce que propose la vie.
Quand vous êtes empêtrez dans un problème, le premier réflexe est souvent d’intervenir très rapidement sans réfléchir profondément. Dorénavant, si vous souhaitez vraiment lâcher la prise, il vous faudra cesser de vouloir tout gérer et attendre que le juste équilibre revienne naturellement.
En agissant ainsi, il est même possible qu’un autre chemin se présente à vous pour résoudre l’affaire. Juste parce que vous avez cessé de tout contrôler. L’idéal serait donc d’être capable de sortir de l’action et surtout d’avoir la patience de rester tranquille jusqu’au moment où il faudra à nouveau agir.

Il vous faudra être centré et inébranlable au milieu de la tempête et ce jusqu’à sa fin. Facile non ? Enfin, si la situation s’est déjà présentée, il faudra aussi faire en sorte d’arrêter de faire ce que vous aviez l’habitude de faire, c’est à dire arrêter de répéter les mêmes erreurs.

Travailler l’art de la perte et l’acceptation

Votre égo et votre besoin de survie vous font gérer votre vie comme une guerre, un moyen de lâcher est de faire en sorte de céder ou de perdre, volontairement.
N’oubliez pas que pour faire la guerre, il faut être deux, si vous acceptez de perdre, il n’y a plus de guerre.

Vos problèmes sont là pour vous faire grandir en sagesse, ils ne doivent pas être combattus, en conséquence, mieux vaut éviter de résister, et céder à ce que la vie propose comme défi.

Développer la détente physique et mentale

L’humour est nécessaire, il permet d’accepter l’inacceptable. Grâce à l’autodérision, vous ne vous prenez plus au sérieux, du coup vous prenez du recul, votre égo se calme. J’adore regarder des extraits de films de Louis de Funès, il est tellement fort pour nous montrer à quel point nous sommes ridicules dans nos problèmes…
Faites en sorte d’être détendu, quoiqu’il arrive. Lâchez.

Mettez-vous à la méditation, à la relaxation, faites du Qi gong, du Taï chi, du Yoga, de la danse.
Durant la méditation, en ne bougeant pas, vous relâchez en profondeur votre besoin de tout contrôler.

Vivre au présent est un bon déclencheur de détente. Cela vous fait automatiquement couper court aux pensées parasites, qu’elles concernent le passé, l’avenir, les problèmes, les faux buts et les mauvais moyens. Là, à cette seconde, comment vous allez ? Pas demain, pas hier, maintenant.

Diminuer les désirs

L’action humaine est simple lorsqu’elle est délivrée de toute motivation, de tous désirs. Si vous ne désirez rien, tout ce que vous recevez est une bénédiction.
Si vous n’espérez rien, tout ce qui vous arrive a la fraicheur de l’inattendu.
Vous réagissez naturellement quelle que soit la situation. Vos actes sont spontanés, c’est la Vie qui les guide. Vous avez lâché.

Le contrôle

Exercice :

  • Prenez un carnet et faites 1 grande colonne et 1 petite.
  • Dans la grande, notez-y tout ce qui vous gêne dans votre vie.
  • Dans la petite en face, notez si vous avez du pouvoir sur le problème ou pas.

Faites une distinction entre ce que vous pouvez contrôler et ce que vous ne pouvez  influencer.
Nous aimons avoir le contrôle, que ce soit sur notre travail ou des parties de celui-ci, sur notre vie personnelle, sur nos émotions, sur les autres. Et nous aimerions bien parfois avoir le contrôle sur des événements qui, justement, sont hors de notre contrôle.
Lorsque vous réalisez que vous ne pouvez changer ni les événements, ni les autres et que vous pouvez seulement changer votre façon de les percevoir, vous êtes dans le lâcher prise.
La tentation est grande toutefois de refuser ce qui n’est pas conforme à vos désirs, de résister à ce qui se présente. Là, je vous propose de vous initier à l’outil EFT de gestion des émotions.

Trouvez le deuil que vous avez à faire

La résistance au lâcher-prise est à la mesure du deuil que vous devez faire.

1 Le renoncement

  • Qu’est-ce que vous trouvez le plus difficile de laisser aller dans ce changement, ce problème que vous vivez actuellement ?
  • À quoi devez-vous surtout renoncer ?

Les réponses pourront vous surprendre et vous aider à comprendre pourquoi vous résistez autant. La résistance est normale.
Ce qui ne l’est pas, c’est de résister tout le temps, d’en faire une position de vie.

2 La culpabilité

Nous souffrons parce que nous croyons que nous aurions dû faire les choses différemment. Ce faisant, nous ne pouvons décrocher de l’idée que nous avions un contrôle et que nous aurions pu éviter quelque chose (et/ou faire les choses différemment).

À ces occasions, non seulement nous surestimons le contrôle que nous avions sur la situation, mais nous oublions en plus que la situation est passée et que nous ne pouvons pas revenir en arrière.

Le travail des émotions

Serait-il donc possible de se débarrasser des émotions et pensées négatives qui nous empêchent de vivre la vie que nous souhaitons et nous plombent dans des problèmes et des drames sans fin ? Oui, en les remettant à leur place. Lâcher, c’est laisser sortir la vapeur de la cocotte-minute intérieure en toute sécurité.

En permettant à vos émotions de s’exprimer, en les accueillant avec bienveillance, avec l’EFT, elles s’évanouiront. Cela changera votre vie.

A la fin de cet article, vous trouverez un protocole de base de gestion des émotions spécifique au lâcher prise pour celles et ceux qui sont initiés à l’EFT. Si vous ne l’êtes pas, je propose des consultations ou des formations en présentiel sur la Moselle ou par téléconférence.

 

Et s’il était possible de remettre en question vos pensées ?

Selon Katie Byron :

Vos pensées prennent vraiment beaucoup de place dans votre vie, dès le lever et jusqu’au coucher.
Croyez-vous vos pensées ?
Dans la majorité des cas oui et c’est là que le bât blesse. Très souvent, vous vous faites du mal chaque fois que vous imaginez un futur négatif, ou quand vous retournez dans un passé douloureux ou tout simplement quand vous croyez « dur comme fer » à quelque chose.

Vous pouvez trouver la paix en arrêtant de croire vos pensées car grâce à elles, vous vous persuadez tout seul du malheur du monde, ou du vôtre et votre souffrance vient de là. Combien de fois vous êtes-vous dit que le monde, votre conjoint, votre enfant, la politique devraient être différents ? Vous avez cru vos pensées et je suis d’accord avec vous, cela devrait être différent mais cela ne l’est pas. Point.

Ce qui est… est. Votre souffrance ou votre lutte n’y changeront rien. La réalité est telle quelle est, accepter cela vous rendra heureux.

Vous souffrez lorsque vous contestez ce qui est. Si vous voulez que la réalité soit différente de ce qu’elle est, vous pourriez tout aussi bien essayer d’apprendre à un chat à aboyer. Vous pourriez essayer et réessayer, et le chat finira par vous regarder en faisant « Miaou ». Vouloir que la réalité soit différente de ce qu’elle est futile.

Il en est de même avec le passé, vous ressassez ce qui est arrivé ? La question n’est pas de se dire que cela n’aurait pas dû arriver, c’est arrivé ! Rien ne peut plus changer cela.
Cela vous dérange bien évidemment, vous n’avez pas été d’accord, vous ne pardonnez pas, vous en avez le droit mais ne luttez plus, c’est arrivé, point. Lâchez-prise sur le problème car il n’y a plus rien à faire. C’est fait, c’est fait.

Vous auriez voulu une famille différente, vous pouvez pleurer jusqu’à votre mort de ne pas l’avoir eu mais cela va-t-il changer le problème ? Vous avez eu cette famille-là, c’est la réalité, en souffrir n’y changera rien. Vous n’approuvez pas mais vous pouvez arrêter de croire que cela n’aurait pas dû être, cela va arrêter votre souffrance. Ils n’auraient pas dû être autrement puisqu’ils ont été comme cela et vous n’y pouvez rien, absolument rien.

Acceptez et avancez, ne perdez plus d’énergie à leur demander de changer, de se conformer à ce que vous auriez voulu qu’ils soient, ils n’ont pas envie de changer eux, et sûrement pas pour vous spécialement. D’ailleurs, est-ce que vous changeriez pour quelqu’un vous ? Honnêtement ? Vous êtes responsable de votre bonheur, il ne doit pas dépendre du changement des personnes qui vous accompagnent.

Les personnes qui viennent de découvrir Le Travail* de Katie Byron lui disent souvent, « Mais je vais perdre tout pouvoir si j’arrête de contester la réalité, je vais devenir passif, je risque même de perdre toute envie d’agir. »
Elle leur répond par une question : « Pouvez-vous absolument savoir que c’est vrai ? » Qu’est-ce qui donne le plus de pouvoir ?
– « Je n’aurais pas dû perdre mon emploi » ou
– « J’ai perdu mon emploi ; quelles solutions intelligentes puis-je trouver maintenant ? ».

En lâchant, vous allez vous détendre, devenir plus libre et confiant.

A vous maintenant :

  • Que ressentez-vous lorsque vous contestez une réalité douloureuse ?
  • Est-ce que cela fonctionne ?
  • Est-ce que cela la change ?

Le but est d’aimer la réalité telle qu’elle est et ça, c’est passionnant et libérateur.

Extrait du livret d’introduction au « Travail » de Katie Byron

*Le Travail de Byron Katie est une démarche permettant d’identifier et de questionner les pensées qui sont à l’origine de toute la souffrance dans le monde. C’est un moyen pour trouver la paix avec vous-même et avec le monde. Toute personne ayant un esprit ouvert peut faire ce travail.

Katie a écrit  « Aimer ce qui est », « J’ai besoin que tu m’aimes »

 

Connaissez-vous les 4 principes de la spiritualité indienne ?

Juste un petit rappel car ils peuvent vraiment vous aider à lâcher la prise dans bien des situations.

Le 1er principe : Quiconque vous rencontrez est la bonne personne”

Ceci signifie que personne n’arrive dans notre vie par hasard. Toute personne près de nous, toute personne avec qui nous entrons en contact, est là pour nous enseigner quelque chose ou pour nous aider à améliorer une situation présente.

Le 2nd principe : Peu importe ce qui est arrivé, c’est la seule chose qui pouvait arriver »

Rien, absolument rien de ce que nous avons expérimenté n’aurait pu être autre chose, même le moindre détail. Il n’y a pas de  « Si seulement j’avais agi différemment…». Non. Ce qui s’est passé est la seule chose qui aurait pu et a dû prendre place dans notre vie pour apprendre la leçon et avancer. Chacune des circonstances de notre vie est absolument parfaite, même si cela défie notre compréhension et notre égo.

Le 3ème principe : « Chaque moment est le bon moment.”

Toute chose commence exactement au bon moment, ni trop tôt ni trop tard. Quand nous sommes prêts pour quelque chose de nouveau dans notre vie, c’est là, prêt à débuter. C’est avant tout faire confiance en la vie et en ce que l’Univers nous réserve. Ne pas essayer de tout contrôler, avoir toujours la foi, et considérer toutes les expériences comme des cadeaux sur notre chemin.

 4ème et dernier principe “Ce qui est terminé, est terminé »

C’est simple. Lorsque quelque chose se termine dans notre vie, cela aide notre évolution. C’est pourquoi, enrichis par l’expérience, il vaut mieux lâcher prise et avancer.

Protocole EFT pour les initiés

Centrez-vous sur votre problème, ressentez-le corporellement et évaluez-le.

Tapotez le point karaté en disant à voix haute, 3 fois de suite :
« Même si je n’arrive pas lâcher prise et à prendre confiance dans la situation que je vis avec… et que j’ai des tensions dans le corps, je m’aime, et je m’accepte tel que je suis »

Puis tapoter les différents points EFT en disant ces phrases et en ajoutant d’autres qui vous parlent plus :

  • Je n’arrive pas à lâcher-prise
  • Je n’arrive pas à me détendre dans cette situation
  • Cela me crée des tensions dans le corps (préciser où)
  • J’ai toujours tout contrôlé
  • Je stresse dans cette situation
  • Ce n’est pas possible de lâcher-prise, je suis tendu
  • Cette situation me stresse
  • Atteindre mon objectif me stresse trop
  • Je ressens des tensions
  • Je bloque sur le lâcher-prise
  • Je n’arrive pas à faire confiance
  • Je n’arrive pas à laisser faire les choses
  • J’ai du mal à lâcher-prise
  • J’ai du mal à être en confiance dans cette situation

N’hésitez pas à me contacter pour en savoir plus sur l’EFT ou si vous souhaitez en discuter avec moi : contact@mariebertolotti.fr

 

One Response to “Comment lâcher-prise ? Comment lâcher LA prise ?”
  1. Cette photo peut vous choquer :

    Je comprends que cette photo dérange et, en effet, je ne vais jamais sur le terrain de l’instrumentalisation de la femme. J’ai manqué de temps cette semaine pour trouver une photo libre de droits, sur le lâcher prise et qui corresponde à mes valeurs.
    Et en même temps 😉 , il n’y a rien de très grave dans tout ça, pour le coup, il faut se détendre aussi de temps en temps sur nos valeurs et nos croyances. Donc lâcher-prise.
    Je garde donc cette photo.

    Bonne semaine à tous !

Votre avis est le bienvenu

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.