Comment devenir soit borgne soit aveugle

Un prince, un beau matin, s’en fut baguenauder au marché de sa ville. Il aimait se frotter aux gens, écouter leurs propos, soupeser les pastèques et flairer les salades. Il se promenait donc parmi les étalages quand un bruit de dispute attira son regard.
– C’est à moi ! disait l’un. Et tu me le paieras !
– Non, à moi, disait l’autre, escroc, voleur, bandit !
Tout le monde sur le marché connaissait ces mal embouchés. Ils ne savaient que détester, râler, faire peur à la vie. Une envie de jeu vint au prince. Le lendemain matin, il les fit amener dans la salle du trône et leur tint ce discours :
– Je veux vous faire une faveur. Demandez ce que vous voudrez, je vous accorde tout d’avance. Il me faut cependant préciser ce qui suit. Pour formuler un voeu, vous avez vingt secondes. Le premier choisira les trésors qu’il voudra, et le deuxième aura la même chose en double. Avez-vous bien compris ? Parfait, je vous écoute.
Deux fois plus qu’il n’aura ? se dit le premier bougre. Que le bonheur le tue si je parle d’abord !
Lui, plus riche que moi ? Je me tais !  pensa l’autre.
Dix secondes passèrent, et quatorze, et dix-sept.
Le regard du second tout soudain s’éclaira. Il ricana :
– Seigneur, qu’on me crève l’oeil droit.
On le fit à l’instant.
Un borgne et un aveugle, au soleil de midi, quittèrent le palais.
Henri Gougaud, Petits contes de sagesse pour temps turbulents
One Response
  1. Solange BENOIST Répondre

    Je ne peux pas répondre à votre sondage car je lis tous vos articles avec autant d’attention et de plaisir. Bonne journée à vous. Je n’oublie pas de sourire pourtant tout n’est pas rose.

Leave a Reply

Votre avis est le bienvenu