Outils pour gérer sa colère

(Suite de l’article Gérer ses colères ou celle des autres)

Gestion lente de la colère

Pratique de la détente, marche solitaire dans la nature, Qi Qong, Taï Chi, natation, massages, chant, musique, respiration, relaxation, travail sur soi, gestion des émotions grâce à l’EFT

Gestion rapide de la colère

  1. L’évacuer par le corps, crier, pleurer, bouger, taper dans un coussin, opérer une action physique et violente. Chacun sa façon. Crier dans une voiture ou une forêt permet de ne traumatiser personne.
  2. En colère, j’avance et j’ai un mouvement ascendant. Pour faire baisser la colère :
    • Reculer (1 pas minimum)
    • S’assoir (Mouvement descendant)
    • Se coller contre un mur (déchargement du méridien « Du Maï »)
    • S’adosser à la chaise si je suis assis.
  3. Se faire masser. Le mouvement doit être descendant.
  4. Tenter consciemment une autre émotion, la tristesse par exemple. Pas facile, je vous l’accorde.
  5. La colère est destructrice. Je propose quelque chose de sain à celui qui m’énerve et je tourne la page, ce n’est pas important.
  6. Prendre l’humain qui me met en colère en tenant compte de son chemin. Voir l’ensemble du personnage. Qu’a t-il vécu pour agir de la sorte ?
  7. Basculer de la colère à l’acte créateur, dans ce seul cas elle est motrice. J’en fais quelque chose de concret.
  8. Elle est communicative. Et l’inverse aussi, si je suis calme, l’autre se calme.
  9. Respirer avec le ventre pendant et après la colère. Je ne sais pas le faire ? Je me couche avec un dictionnaire sur le ventre (ou un ordinateur pour ceux qui n’ont plus de dico…) et je soulève celui-ci en inspirant ainsi j’apprends à respirer ventralement.
  10. Eviter le « Vide de sang » qui donne de la chaleur interne. Un « Vide de Sang » peut être causé par une multitude de facteurs, allant d’une diète pauvre ou déséquilibrée à un excès de soucis, des menstruations trop abondantes, trop d’activités, manque de sommeil…
  11. Mettre des règles de respect des uns envers les autres. Interdire les injures, les violence physiques…
  12. Se mettre face à la mort. Qu’est-ce qui restera à ce moment crucial ?
  13. Ne pas confondre la situation et la colère qu’elle induit.
  14. Passer un contrat avec un proche : chaque fois que je me mettrai en colère, il me le signalera.
  15. S’excuser à chaque fois. La colère est inexcusable. Elle m’appartient et l’autre n’y est pour rien.

Tiré de l’enseignement donné au Cercle Taoïste Lyon


Une illustration du sujet :

Yamaoka Tesshu, alors qu’il était encore jeune étudiant du zen, visitait un maître après l’autre. Il rendit visite à Dokuon de Shokoku. Pour montrer où il en était, il dit :
« L’esprit, le Bouddha et les êtres vivants, en fin de compte, n’existent pas. La vraie nature des phénomènes est la vacuité. Il n’y a pas de réalisation, pas d’illusion, pas de sage, pas de médiocrité. Il n’y a pas de don, et rien à recevoir. »

Dokuon, qui était en train de fumer tranquillement, ne dit rien. Soudain, il frappa Yamaoka avec sa pipe de bambou. Ceci mit le jeune homme vraiment en colère.
« Si rien n’existe, demande Dokuon, d’où est venue cette colère ? »


Marie Bertolotti

desirdetre.com
Leave a Reply

Votre avis est le bienvenu