L'enfer et le paradis
Contes du monde

L’enfer et le paradis

Un samouraï se présente un jour devant un maître zen réputé et lui demande :
« – Existe-t-il réellement un enfer et un paradis ?
– Qui es-tu ? lui demande le moine.
– Je suis samouraï.
– Toi, un samouraï ? s’exclama le maître, quel seigneur voudrait de toi à son service ? Tu as l’air d’un mendiant ! »

La …

Kofi voulait devenir guerrier
Contes du monde

Kofi voulait devenir guerrier

Être de ces guerriers-chasseurs à la parole rare et sûre, secrètement aimés des femmes et respectés des paysans, voilà ce que voulait Kofi. Il en avait toujours rêvé. Enfant, à peine savait-il se tenir ferme sur ses jambes qu’il imitait leur marche lente, leur fierté, leurs regards de haut. Il était maintenant à l’âge …

Contes du monde

Les loups sont en nous

Il était une fois, bien avant que la terre ne soit ronde, bien avant que les conquistadors espagnols n’accostent les côtes d’un nouveau monde. Au temps où les seuls humains peuplant les terres entre l’Inde et l’Europe portaient des plumes et avaient la peau rouge.

En ces temps et lieux, un jeune indien et son grand père aimaient se …

Contes du monde

Selon le sage, le lieu ne compte pas

Il était une fois un vieux sage, assis à la porte d’une ville. Un jeune homme s’approche de lui :
« Je ne suis pas d’ici, je viens de loin; dis moi, vieil homme, comment sont les gens qui vivent dans cette ville ? »
Au lieu de lui répondre, le vieillard lui renvoie la question : « Et …

Contes du monde

Lève-toi et marche

Il était une fois un roi ni meilleur ni pire qu’un autre, vaniteux et vindicatif, assez sot mais environné d’experts en tout ce qui remue, bref sans surprise ni relief sauf qu’il s’imaginait si grand qu’il lui arrivait d’oublier ses escarpins à talonnettes dans les tapis cérémoniaux.

Il advint ainsi, par malheur, …

Contes du monde

Je construis une ville, moi !

Un pèlerin, un soir d’été, parvint sur un chantier de village peuplé d’ouvriers poussiéreux occupés à mille besognes de bois lourd, de forges sonnantes, de meules et de pierres taillées. Il fit halte au bord de la route où des hommes au torse luisant fracassaient à grands coups de masse, çà et là, …

Au temps des rois bénis
Contes du monde

Au temps des rois bénis

On raconte qu’un roi se prit un jour d’amour pour l’épouse d’un serviteur. Il chargea donc l’époux d’une course lointaine et s’en fut visiter la femme désirée.
Il entra fièrement chez elle, ôta sa ceinture, ses gants, et sans autre cérémonie s’en fut s’asseoir au bord du lit. Elle comprit aussitôt ce que voulait …

Contes du monde

La leçon de l’aigle

L’aigle a la plus longue vie de tous les spécimens de son espèce: Il peut vivre jusqu’à 70 ans.
Mais pour atteindre cet âge, il doit prendre une difficile décision en atteignant 40 ans :

1 – Ses longues serres devenues trop flexibles ne peuvent plus se saisir de la proie qui lui …

Contes du monde

Le vieux sultan et la bague

Il était une fois un vieux sultan qui, pressentant la mort approcher, réclama son fils à son chevet afin de lui léguer ce qu’il avait de plus précieux : un bel anneau d’or surmonté d’une volumineuse pierre bleue sous laquelle on pouvait dissimuler une mèche de cheveux, le souvenir d’un être aimé ou …

Contes du monde

Ne vous attachez à rien, pas même à la vérité.

Un maître Zen contemporain est sur son lit de mort.
Ses disciples sont rassemblés autour de lui, du plus ancien au plus novice.

Le disciple le plus ancien se penche pour demander au maître mourant s’il a un dernier conseil à leur communiquer.
Le vieux maître ouvre très lentement les yeux, et murmure d’une voix à peine audible …

Contes du monde

Les anges de la vieille

C’était une vieille paisible. Ses yeux d’enfant riaient toujours. Elle vivait seule dans son mas, avec quelques poules et sa chèvre. Tous les soirs, de Pâques à Toussaint, elle allait passer la veillée chez ceux de la ferme voisine. Quand il fallait aller au lit, après une heure de tricot, de tisane et de papotage, …

Contes du monde

Je ne sers à rien ?

Un jour, dit la légende, il y eut un immense incendie de forêt.
Tous les animaux, terrifiés et atterrés, observaient, impuissants, le désastre.
Seul un petit Colibri s’activait, allant chercher quelques gouttes d’eau dans son bec pour les jeter sur le feu.
Au bout d’un moment l’éléphant et le zèbre, agacés par ses agissements dérisoires, lui dirent :
-« Colibri …